Communiqué de presse
Communiqué de presse

Le SEFPO demande au premier ministre Ford d’expulser le député provincial de Niagara de son caucus

Date de publication

Le mardi 21 mai 2019, 08 h 00

Toronto - Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a déclaré que les déclarations du député provincial de Niagara-Ouest, Sam Oosterhoff, concernant les droits des femmes sont inacceptables et que le plus jeune député provincial de l'Ontario est inapte à servir à l'Assemblée législative.

« Si l’on cherche une raison de mettre en place un mécanisme qui permet de révoquer un politicien en Ontario, M. Oosterhoff est un parfait exemple », a déclaré le président Thomas.  « Mais le premier ministre doit au moins envoyer un signal aux femmes en l’expulsant de son caucus. »

Monsieur Oosterhoff a récemment menacé de s’attaquer au droit des femmes à disposer de leur corps en disant qu'il s'engageait « à rendre l'avortement inconcevable ».  Plus tôt ce mois-ci, Sam Oosterhoff avait été approché par un groupe de citoyens inquiets qui étaient venus à une réunion de circonscription publique pour demander au député junior de clarifier son opinion.

Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO, qui représente également les membres du SEFPO de Niagara au sein du Conseil exécutif du syndicat, a déclaré que Sam Oosterhoff n'est manifestement pas prêt à descendre dans l’arène. Eddy Almeida a pris pour exemple la décision du député junior de 21 ans d’appeler la police pour repousser un groupe de personnes âgées qui protestaient contre les réductions de financement à la bibliothèque imposées par le gouvernement Ford.

« Je connais beaucoup de gens dans la vingtaine qui font preuve de sagesse et qui m'ont enseigné des choses, mais ce jeune homme a encore beaucoup à apprendre », a déclaré Eddy Almeida.  « Son travail est de représenter les opinions de ses commettants, et non pas de défendre sa plate-forme et son agenda personnel.  Il est largement admis que la grande majorité des Canadiennes et Canadiens sont en faveur du libre choix. Les femmes ont le droit de choisir? Un point c'est tout. »

Le président Thomas a fait remarquer qu'en réponse aux commentaires de Sam Oosterhoff, le premier ministre Ford a finalement accepté, contre son gré et après mille protestations, de faire un communiqué soutenant qu'il ne rouvrirait pas le débat sur l'avortement.

« Cette promesse est probablement aussi convaincante que celle que le premier ministre a faite aux travailleurs du secteur public quand il leur a promis que personne ne perdrait son emploi », a déclaré le président Thomas.

« Les actes en disent plus longs que les mots. Il s'agit d'une attaque contre les femmes. Point final. Si Doug Ford a vraiment du respect pour les droits des femmes, il doit montrer la porte à ce novice arrogant. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas