Publications

L'écho - Numéro 62 - Juillet 2019

Date de publication

Le mercredi 7 août 2019, 13 h 00

Mot du président

Après avoir tout chamboulé dans la province, Doug Ford et son caucus prennent peut-être cinq mois de vacances cet été, mais le Comité anti-privatisation de la Division des employés de la Régie des alcools (LBED), appuyé par le personnel du SEFPO, s’emploie activement à mettre sur pied une autre campagne d’opposition à la privatisation de la vente d’alcool.

Nous travaillons sur une importante campagne de publicité que nous commencerons à déployer la fin de semaine de la fête du Travail.

Nous tenons à rappeler aux Ontariens qu’en achetant leur alcool à la LCBO, ils soutiennent les services publics.

Nous voulons aussi que les gens se souviennent que les revenus qui proviennent de la LCBO aident à défrayer le coût de toutes sortes de services publics, allant des chirurgies de remplacement de la hanche à l'amélioration des infrastructures routières dans la province.

Nous voulons également attirer l'attention des Ontariens sur le travail exceptionnel que vous accomplissez en veillant à ce que ces substances réglementées ne tombent pas entre les mains de mineurs.

Nous espérons que cette campagne soutiendra les efforts que vous déployez sur le terrain en ce moment, parce que je sais que vous dites la même chose à vos familles et amis, ainsi qu’aux résidents de votre communauté.

Nous ne pouvons empêcher les conservateurs de prendre de mauvaises décisions, mais nous pouvons communiquer des messages positifs sur la valeur de magasiner dans les succursales de la LCBO et mettre votre travail en vedette.

Je tiens à profiter de l'occasion pour remercier Denise Davis pour tout le travail qu'elle a accompli en tant que présidente de votre exécutif divisionnaire. Denise prend sa retraite cet été, après 36 ans à la LCBO.

Au cours de cette période, elle a occupé plusieurs postes de direction au sein du Syndicat des employés de la régie des alcools de l'Ontario (OLBEU) et de la Division des employés de la Régie des alcools (LBED), et a travaillé inlassablement et avec force pour défendre les membres de la LBED.

Après avoir été vice-présidente de la LBED, Denise en a occupé la présidence pendant dix ans. Elle a été présidente de deux équipes de négociation et vice-présidente d'une troisième équipe. Elle a présidé le Comité patronal/syndical provincial et a été membre, présidente ou co-présidente de presque tous les comités de la division, y compris ceux de l’équité en matière d’emploi, de l’équité salariale, des griefs et de la santé et sécurité au travail. Elle a également servi à titre de présidente de la section locale 378 à l'entrepôt de Durham.

Denise, vous allez nous manquer. Je me réjouis de travailler avec Jennifer Van Zetten, dans ses rôles de nouvelle présidente et de membre nouvellement élue du Conseil exécutif.

J'aimerais conclure en vous souhaitant à toutes et tous un très bel été.

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas
Président du SEFPO

Ne tuez pas la poule aux œufs d'or : keepitpublic.ca

Après le transfert d’Hydro One à des intérêts privés, la LCBO est devenue le joyau de la couronne de l'Ontario ou, pour utiliser une métaphore plus irréfutable, la poule qui pond un œuf de deux milliards de dollars chaque année. Mais il semble de plus en plus que le gouvernement Ford soit déterminé à la plumer.

Ça fait des dizaines d’années qu’on entend dire que le gouvernement veut vendre la LCBO, d'abord sous les conservateurs de Harris et plus tard sous Kathleen Wynne, qui (très imprudemment, comme on l’a vu) prenait conseil auprès d’Ed Clark, un tsar de la privatisation et ancien banquier de la TD. Madame Wynne avait entrepris de privatiser la LCBO en autorisant la vente de vin dans un nombre limité d'épiceries.

Doug Ford a sauté dans le wagon et veut désormais autoriser la vente de bière et de vin dans un plus grand nombre d'épiceries, et la vente de vin, bière et spiritueux dans 200 commerces de proximité (dépanneurs) privés. C'est un double coup financier qu’il porte à la province, soit une perte inévitable de revenus pour la LCBO, combinée à des pénalités pouvant aller jusqu’à un milliard de dollars pour le contrat rompu avec le Beer Store. Comment un être humain raisonnable peut-il comprendre cette façon d’agir, à fortiori de la part d’un gouvernement qui se dit « pour le peuple »?

Nous ne pouvons tout simplement pas nous asseoir sur nos lauriers et attendre que le train infernal de Doug Ford passe une fois de plus. Nous avons vu le succès de nos séances d'information devant nos magasins d’alcool publics. Nos consommateurs nous disent qu’ils soutiennent le modèle public et le travail excellent que font nos représentants du service à la clientèle pour veiller à la sécurité de nos routes et de nos communautés et pour aider la LCBO à enregistrer des bénéfices record année après année.

Nos clients et l’ensemble du public savent bien que ces bénéfices paient les services publics sur lesquels nous comptons tous. C'est avantageux. Mais le plan de Doug Ford de vendre de l'alcool dans les dépanneurs et les grandes surfaces, où les profits tombent dans des mains privées, n'est pas avantageux pour le public. Ses petits copains sont les seuls à en bénéficier.

Je ne saurais trop vous remercier de votre appui à la campagne keepitpublic.ca. Ne lâchez surtout pas! Sur le site, vous trouverez une lettre-modèle à envoyer directement à votre député provincial. Nous vous demandons simplement, ainsi qu’à vos proches et amis, de cliquer et de l’envoyer. C'est aussi simple qu’un bonjour!

Je vous demande aussi d’assister à une de nos séances d'information, devant la succursale de votre communauté (nous avons aussi prévu des activités à travers la province pour bientôt) et de signer la pétition que vos représentants syndicaux vous remettront. Parlez-leur. Ils sont là pour ça. Demandez-leur comment vous pouvez participer à la campagne de riposte. 

Nous avons déjà présenté des pages et des pages de pétitions signées à Queen's Park, en votre nom. Aidez-nous à stopper l’érosion du volume des ventes de la LCBO et des revenus qui servent à financer les services publics. Arrêtez le plan irresponsable de Doug Ford, qui veut refiler les profits à ses amis. Nous sommes le syndicat! Ensemble, nous parviendrons à ramener Doug Ford à la raison. N’oubliez pas de visiter keepitpublic.ca et d’envoyer votre lettre à votre député provincial. Il faut qu’ils vous entendent! 

Nous savons bien que la LCBO, qui contribue à financer et à soutenir nos services publics, est un bien précieux pour les citoyens de l'Ontario. Nous devons agir maintenant! Avant qu'il ne soit trop tard! Nous devons travailler sans répit et nous avons besoin que tous les membres se mobilisent à travers la province. Parce qu’à l’instar d’Hydro One, une fois que c’est perdu, c'est perdu pour toujours.

En terminant, je tiens à remercier tous les représentants syndicaux locaux qui voyagent à travers la province, dans nos succursales, au siège social et dans les entrepôts, pour faire en sorte que nos membres soient informés et sachent exactement à quels dangers Doug Ford nous expose. Merci de votre dévouement et de votre engagement!

Solidairement,

Denise Davis
Présidente de la LBED

Qu’est-ce que le programme de santé et des capacités des employés?

La LCBO a récemment annoncé qu'elle utiliserait le ReedGroup pour son nouveau programme de santé et des capacités des employés (PSCE). Vous trouverez ci-dessous une liste de questions et réponses.

1. Qu'est-ce que ReedGroup Canada?

ReedGroup Canada est un fournisseur tiers choisi par votre employeur pour gérer vos absences, y compris les réclamations à la CSPAAT, vos accidents et maladies, le retour au travail et les accommodements.

Les dirigeants de la division et les présidents du Comité des retraites et avantages sociaux et du Comité provincial en matière de santé et sécurité au travail, ainsi que leurs homologues au sein du personnel du SEFPO, ont rencontré la LCBO pour examiner l’introduction d’un prestataire tiers pour administrer les dossiers de la CSPAAT et d’accommodements et aider les employés avec une absence de courte durée et en congé d’invalidité à retourner au travail le plus rapidement possible.

Au cours de cet examen, un certain nombre de préoccupations et de problèmes ont été soulevés au sujet du programme et de son administration, principalement la représentation syndicale et la confidentialité de la situation personnelle de chaque employé. Votre exécutif divisionnaire travaille avec la LCBO pour répondre à ces préoccupations. Nous avons fait d'importants progrès, mais nous avons besoin de mener davantage de discussions, malgré la décision de la LCBO de mettre en place ce programme le 13 mai.

2. L'employeur peut-il embaucher cette entreprise pour faire ce travail?

Oui! L’embauche d'un tel fournisseur est une décision d'affaires de la LCBO, qui est à la discrétion de l’employeur, à condition de ne pas transgresser la convention collective (CC).

3. Cet arrangement transgresse-t-il la CC?

Non. Le syndicat a examiné la CC et rien n’interdit à l'employeur d’avoir recours à un tiers pour administrer la gestion des invalidités.

4. Le syndicat a-t-il été averti à l’avance de ce programme? Si oui, pourquoi ne l’a-t-il pas arrêté?

La LCBO a informé l’exécutif divisionnaire à l'automne 2018 qu'elle avait fait une demande de propositions pour administrer tous les aspects de la gestion des invalidités. À l’époque, il ne s’agissait que d’une idée conceptuelle sans que l'on sache si ça évoluerait vers quelque chose de concret.

Les dirigeants de la division, avec le personnel du SEFPO, ont examiné l'idée. Voyant qu'il s’agissait d’un programme que la LCBO pourrait décider de mettre en place, nous avons fait de nombreuses recommandations afin que cette aide soit procurée d’une façon qui respecte la dignité et la confidentialité de chaque membre.

Compte tenu de son expérience dans d'autres secteurs, le syndicat a également soulevé les problèmes que pose un tel programme et fait plusieurs suggestions sur la façon dont la LCBO pourrait élaborer un programme de gestion des invalidités pour aider les membres qui en ont besoin sans leur causer de préjudice ou de stress excessif pendant le processus.

Après la présentation de la version finale du guide de l'employé en avril 2019, vos dirigeants de la division ont recommandé un certain nombre de révisions avant sa mise en place le 13 mai.

5. La LCBO peut-elle remettre mes renseignements médicaux à ReedGroup, puisqu'ils sont protégés en vertu de la LPRPS (Loi de 2004 sur la protection des renseignements personnels sur la santé)? Je n'ai pas donné l'autorisation. 

Oui, la LCBO peut transférer ces renseignements conformément à la LPRPS. En sous-traitant ce service à ReedGroup, la LCBO n'a pas violé le droit individuel des employés de la LCBO à la protection des renseignements personnels sur la santé. Tout renseignement échangé avec ReedGroup l’a été pour la même raison pour laquelle le membre l’avait procuré à la LCBO (à des fins de gestion et de révision de l’accommodement). Conformément à la LPRPS, la LCBO a le droit de conclure un contrat au sens de la loi avec ReedGroup pour effectuer la gestion des accommodements des membres.

La LPRPS prévoit ce droit dans le paragraphe 49(1) :

Sauf selon ce qui est autorisé ou exigé par la loi et sous réserve des exceptions et exigences additionnelles, le cas échéant, qui sont prescrites, la personne à qui un dépositaire de renseignements sur la santé divulgue des renseignements personnels sur la santé et qui n’est pas elle-même un dépositaire de renseignements sur la santé ne doit pas utiliser ni divulguer les renseignements à d’autres fins que les fins suivantes :

a)       les fins auxquelles le dépositaire était autorisé à les divulguer en vertu de la présente loi;

b)       l’exercice d’une obligation d’origine législative ou juridique. 2004, chap. 3, annexe A, par. 49 (1).

6. Peuvent-ils passer outre les notes de mon médecin?

L’analyse de vos renseignements médicaux n’est pas une nouvelle fonction du PSCE. La différence c'est qu'une société spécialisée dans la gestion des invalidités effectue désormais l’examen de vos renseignements médicaux à la place de votre responsable de magasin. Les renseignements médicaux fournis à ReedGroup ne seront pas « écrasés ». Cependant, ils peuvent être jugés insuffisants et on pourra vous demander de fournir des renseignements supplémentaires. Un examen médical indépendant peut être nécessaire, comme par le passé. Dans ce cas, les dispositions de la CC s'appliquent.

Remarque : Veuillez consulter la politique sur les renseignements médicaux de la Commission ontarienne des droits de la personne : Politique sur le capacitisme et la discrimination fondée sur le handicap.

7. Peut-on me demander de subir un examen médical indépendant?

L'article 13.10 de la CC continue de s'appliquer :

(a) Si un employé est souvent absent ou incapable d'accomplir ses tâches pour des raisons de santé, l'employeur peut exiger que l’employé subisse un examen médical aux frais de l'employeur.

(b) Il est convenu que lorsque l'employé refuse d'accepter le choix du médecin en vertu de 13.10 (a) ci-dessus, un autre médecin, qui sera mutuellement acceptable par l'employé et l'employeur, devra être sélectionné.

8. J'ai déjà un plan d'accommodement qui fonctionne bien. Peuvent-ils le modifier? Que puis-je faire si j'ai une blessure permanente?

Le syndicat appuie l’application de l'article 2.3 :

Obligation d'accommoder

L'employeur, les employés et le syndicat conviennent qu'ils doivent se conformer à leur obligation d'accommodement en vertu du Code des droits de la personne de l’Ontario ou en raison d'une décision de la CSPAAT.

ReedGroup est chargé d'examiner les accommodements résultant d’une maladie ou de blessures et de faire des recommandations à la LCBO sur la façon de procéder. Ce n’est pas ReedGroup qui prend la décision finale concernant votre accommodement. ReedGroup est tout simplement un service que la LCBO utilise pour gérer les invalidités et faire des recommandations. Parce que ce n'est pas leur rôle, ils ne peuvent ni annuler ni modifier arbitrairement un accommodement.

ReedGroup, qui est spécialisé dans l'évaluation des accommodements, évalue les accommodements en fonction des normes de l'industrie et du type de travail effectué par l’employé. Lors de l'examen de votre accommodement, ReedGroup peut vous poser des questions sur l'accommodement existant ou exiger davantage de renseignements médicaux pour voir si un autre accommodement serait plus approprié pour vous.

9. On m'a donné un formulaire de consentement à signer. Suis-je tenu de le signer?

Le formulaire de consentement qui a été envoyé aux employés de la LCBO s’applique au partage de renseignements médicaux existants, qui sont en possession de la LCBO, et qui concernent les accommodements en place. Ce formulaire de consentement permet au ReedGroup d'avoir seulement accès aux renseignements médicaux liés à votre accommodement actuel, et non pas à d'autres renseignements médicaux. Par exemple, si vous disposez d'un accommodement pour une déficience auditive, le formulaire de consentement autorise l’examen de vos renseignements médicaux liés à vos troubles de l'audition. Tout autre renseignement concernant une maladie ou une lésion, comme une pneumonie durant l’enfance, n'est ni remis ni examiné.

Une fois que le formulaire est signé, la LCBO envoie les renseignements médicaux au ReedGroup pour qu’il effectue une évaluation de l'accommodement.

Remarque : Veuillez consulter la politique sur les renseignements médicaux de la Commission ontarienne des droits de la personne : Politique sur le capacitisme et la discrimination fondée sur le handicap.

10. Est-ce que ReedGroup me contactera directement? Puis-je demander à mon délégué syndical de participer au processus?

Les employés ont le droit d'être accompagné par un délégué syndical à toutes les étapes du processus d'accommodement – du début à la fin. ReedGroup doit respecter ces demandes. Aucun employé, qui en fait la demande, ne doit se voir refuser d’être représenté.

Nous ne connaissons pas les questions qui seront posées par ReedGroup lors des évaluations téléphoniques avec les employés de la LCBO. La conversation devrait porter sur l'accommodement, la maladie ou la blessure qui a motivé l'appel téléphonique.

Tout membre qui se sent harcelé peut mettre fin à l'appel en tout temps et soulever le problème avec son gestionnaire, délégué syndical ou représentant du personnel du SEFPO.

N'oubliez pas de lire attentivement toute la documentation que vous recevez concernant ce programme. De plus, n’hésitez surtout pas à poser des questions sur tout ce qui vous ne paraît pas clair avant de signer tout document et à contacter le président de votre section locale et/ou les représentants du personnel du SEFPO pour discuter de vos préoccupations. Comme toujours, nous vous recommandons de demander l’aide d’un représentant syndical à chaque étape du processus, y compris pour les consultations téléphoniques avec ReedGroup.

La LCBO a récemment envoyé des lettres aux employés qui ont présenté une demande d’accommodement ou qui ont un accommodement existant. Ces lettres contiennent un formulaire de consentement visant à autoriser le transfert de chaque dossier de l'employé à ReedGroup pour la gestion du processus d'accommodement. Nous comprenons les motifs de préoccupation de plusieurs membres concernant la protection de leur vie privée telle que stipulée dans la LPRPS, mais ReedGroup est tenu de se conformer à la LPRPS et de protéger les renseignements médicaux, ainsi que les renseignements médicaux qui avaient été envoyés précédemment à la LCBO.

11. Peut-on m’infliger une mesure disciplinaire si je ne signe pas le formulaire de consentement?

Enfin, vous devez être conscient que la LCBO a informé le syndicat que ce processus n'est pas facultatif et que le défaut de se conformer au programme et à ses processus pourrait se traduire par une réduction ou par un refus d'aide ou du besoin d'accommodement, suivant les cas d’invalidité.

Nous ne voulons pas quelqu'un ait à choisir et se retrouve sans aide ni protection.  C'est la raison pour laquelle nous vous recommandons, si on vous refuse de l'aide en raison de vos préoccupations, de suivre le processus « se conformer et déposer un grief processus », plutôt que de prendre des mesures qui pourraient nuire à vos besoins ou à votre emploi.

Vous avez des questions?

Il s'agit d'un nouveau processus et nous voulons que chacun d’entre vous comprenne bien ce qui change avec la santé et le bien-être à la LCBO. Pour toute question, n’hésitez surtout pas à communiquer avec votre délégué syndical, président de section locale ou représentant du personnel.

Vous pouvez également consulter le document : Politique et directives concernant le handicap et l'obligation d'accommodement de la Commission ontarienne des droits de la personne.

Agir pour lutter contre les vols dans les succursales

La LBED continue d'être extrêmement préoccupée par les vols et les incidents dans les succursales. Dans tous les comités de la division, nous avons fait tout notre possible pour exiger un renforcement des mesures de sécurité dans tous les lieux de travail.

Le 4 janvier 2019, le président Thomas a envoyé une lettre au premier Ministre Doug Ford et au ministre des Finances, Vic Fedeli, avec copie à M. George Soleas, président-directeur général de la LCBO, pour leur dire combien il était choqué et inquiet par la recrudescence des vols dans les succursales et leur demander des mesures immédiates.

Le 10 avril dernier, le syndicat et la LCBO étaient réunis pour discuter de tous les motifs de préoccupation de nos membres et des initiatives que la LCBO a prises à ce jour. Les deux parties ont convenu de créer un comité spécial chargé d'examiner les questions des vols et des mesures pour améliorer continuellement la sécurité des employés, tout en offrant une expérience de magasinage agréable et sécuritaire à nos clients. La première réunion de ce nouveau comité se tiendra début août.

Les réunions du Comité patronal/syndical provincial donnent des résultats 

Les procès-verbaux de nos réunions 2018 ont été affichés dans tous les lieux de travail début avril et envoyés par courriel à tous les présidents de section locale. Veuillez prendre une minute pour prendre connaissance des sujets qui sont en discussion. Ces problèmes concernent toute la province et ne sont pas résolus par le biais de la procédure de règlement des griefs.

Un problème de longue date, qui a fait l'objet de discussions à la fois à ce comité et au Comité sur l'équité en matière d'emploi, concerne l'absence d'énoncé de respect de la LCBO dans nos succursales pour informer nos clients. Nous avons souligné le fait que de nombreuses entreprises affichent de tels énoncés, par exemple dans des hôpitaux, des maisons de soins infirmiers, des autobus et divers établissements de vente au détail, comme PetSmart.

Nous avons le plaisir d’annoncer que la LCBO possède désormais un énoncé de respect. Il est déjà affiché dans certaines succursales du nord de l'Ontario, et une fois que tout sera en place, il sera affiché dans toutes les succursales. Il nous a fallu beaucoup de persévérance pour aller jusqu'au bout, mais nous croyons que cela permettra d’améliorer nos milieux de travail. Ne manquez pas de lire ces affiches.

Le Comité d'examen de la grille des RSC achève ses travaux

Le Comité d'examen de la grille a enfin terminé l’examen de tous les problèmes concernant la grille suite à la décision de l'arbitre Kaplan au début 2017.

Nous sommes conscients du fait que cela a pris beaucoup de temps et que certains d'entre vous ont dû attendre jusqu'à la fin du processus pour avoir les résultats de leurs réclamations. En raison de nouvelles informations, beaucoup d'entre vous ont dû passer par plusieurs examens.

Ce processus d'examen n'était pas une mince affaire et le comité tient à vous remercier chacune et chacun d’entre vous pour votre patience et compréhension durant toute cette période.

Ken Hughes réclame davantage de magasins-agences

En mars dernier, le gouvernement Ford a nommé M. Ken Hughes, ancien ministre conservateur de l'Alberta – une province qui a libéralisé la vente au détail d'alcool – à titre de conseiller spécial pour l'examen du secteur de l'alcool afin de faire des recommandations sur l'élargissement de la vente d'alcool dans les dépanneurs, les épiceries et les magasins à grande surface – avec une rémunération de 1 000 $ par jour.

M. Hughes, ancien partenaire d’Alberta Spirits Inc., a publié un rapport au mois de mai dans lequel il indique que l'Ontario a la plus faible densité de points de vente au détail de toutes les provinces et recommande ce qui suit :

Comme mesure intérimaire, le gouvernement devrait faire tout ce qui est possible en vertu de l’accord-cadre général pour autoriser des points de vente au détail d’alcool supplémentaires.

  • Il est temps pour l’Ontario de joindre les autres provinces et territoires au Canada et bien d’autres pays et de faciliter l’achat d’alcool pour les consommateurs.
  • Bien que cet examen n’ait pas déterminé une cible quant au nombre de nouveaux points de vente à autoriser, le gouvernement devrait faire en sorte que l’Ontario se rapproche de la moyenne nationale pour ce qui est de la densité des commerces de détail.

Une mauvaise nouvelle pour l'Ontario. Au lieu de profiter de ces revenus et de les réintroduire dans les services publics, le gouvernement les dilapide en permettant à des intérêts privés de se remplir les poches. Sous le couvert de la commodité, il ne s’agit de rien d’autre qu'une nouvelle attaque contre la LCBO et le contrôle public de la vente d'alcool.

Au lieu d'augmenter le nombre de magasins-agences, le gouvernement devrait rapatrier les magasins-agences et les transformer en succursales de la LCBO. Si nous laissons faire Doug Ford et Ken Hughes, ils mèneront leur programme de privatisation d'alcool de plus en plus loin, jusqu'à remettre la vente d'alcool entièrement aux mains du secteur privé, comme en Alberta – et les plus de deux milliards de dividende que la LCBO verse chaque année à la province disparaîtront comme des bulles de champagne.

Le rapport stipule par ailleurs que « Le gouvernement devrait faire en sorte que la LCBO demeure un atout important pour le gouvernement ». Les Ontariens estiment que la LCBO offre des avantages significatifs aux consommateurs et au trésor provincial. La LCBO ne devrait pas être privatisée. Le gouvernement devrait travailler avec la LCBO pour qu’elle apporte une valeur ajoutée dans un marché toujours plus concurrentiel, notamment avec l'expansion de son rôle en tant que grossiste.

Nous vous informons que le SEFPO a déposé six griefs de principe contre l'employeur au sujet de son annonce concernant l'expansion de son programme des comptoirs express de la LCBO (anciennement les magasins-agences). Le syndicat considère que cette annonce viole les dispositions et les lettres d'entente négociées de notre convention collective. Nous combattrons cette érosion de notre travail sur tous les fronts.

Chères consœurs, chers confrères, il est temps de lutter contre la privatisation de la LCBO – de lutter vigoureusement et de lutter maintenant. Merci de soutenir la lutte de votre section locale pour garder la LCBO publique.

Rapport de Debbie McGuinness, présidente du Comité en matière de santé et de sécurité au travail

Les dernières réunions du Comité provincial en matière de santé et de sécurité au travail ont essentiellement porté sur le bien-être de nos membres. Les représentants des travailleurs ont exercé de plus en plus de pression sur l'employeur afin qu’il s’attaque aux problèmes des vols dans les succursales et de violence envers les membres dans leur milieu de travail. Nous avons fait des recommandations conformément à la Loi sur la santé et la sécurité au travail et exhorté l'employeur à reconnaître l'impact de ces activités criminelles sur nos membres, leur santé et sécurité.

Jusqu'à récemment, notre formation était inadéquate pour faire face à cette situation dans les succursales. Fin de 2018, nous avons appris que l'employeur avait décidé de réévaluer la formation concernant les vols dans les succursales. Cela a donné lieu à un nouveau programme de formation et à de nouvelles lignes directrices, « vous êtes en contrôle », qui traitent du vol en tenant compte de la menace de violence dans le milieu de travail.

Nous sommes satisfaits du résultat, car nous pensons que le programme tient compte des problèmes auxquels les travailleurs doivent faire face dans les succursales partout en Ontario. Nous croyons qu'il décrit et explique bien les actions que les travailleurs devraient prendre, et ne pas prendre, pour assurer leur sécurité.

Il explique également comment les clients, qui ne sont pas au courant qu'un travailleur a la responsabilité de désamorcer la menace de violence à l'égard d'autrui, peuvent percevoir les actions d’un travailleur durant un vol. Cette nouvelle formation qui sera dispensée courant 2019, aidera certainement nos membres.

Une réunion extraordinaire entre les principaux dirigeants de la LCBO et du SEFPO a eu lieu pour discuter de la sûreté et de la sécurité dans les succursales. L'employeur, qui a fait preuve de compréhension, s'est engagé à améliorer la sécurité dans toutes les succursales où le nombre de vol est élevé.

Ces deux derniers mois, nous avons constaté une différence dans ces succursales à haut risque, où des policiers étaient présents. La présence d’agent de police dans ces magasins a entraîné une réduction de la criminalité et, dans certains cas, l’a éliminée totalement.

Le syndicat s'est engagé à rencontrer de nouveau la LCBO pour approfondir cette question, car nous savons que ces activités criminelles se déplacent maintenant à l’extérieur des grandes villes. C’est pourquoi d’autres recherches et davantage de soutien sont nécessaires. Le SEFPO est convaincu que la sécurité des succursales devrait être assurée par nos propres membres – par des agents de sécurité principaux – plutôt que par des agents de police.

Un projet pilote a été lancé dans 10 succursales pour apporter des modifications à la manière de remplir l'évaluation annuelle des risques. Normalement, ce formulaire est rempli par le gestionnaire. Grâce à ces changements, il y aura cependant une plus large participation des représentants en matière de santé et de sécurité dans les succursales. Jusqu'à présent, les commentaires sont positifs.

Comme beaucoup d'entre vous le savent, le bisphénol A (BPA) a été supprimé des rouleaux de caisse, il y a de nombreuses années. Cependant, il a été signalé que le bisphénol S (BPS), qui peut être utilisé dans la fabrication des produits de papier, pourrait également être un produit chimique cancérigène. Nous avons demandé à l'employeur d'enquêter sur cette question. Nous espérons avoir une réponse bientôt au sujet du BPS contenu dans les produits que manipulent les travailleurs afin de les informer.

Nous nous réjouissons également que le Comité provincial mixte en matière de santé et de sécurité au travail publie désormais une mise à jour annuelle. Elle sera incluse dans la stratégie de communication des RH à partir de janvier prochain. En raison des progrès réalisés par le comité, elle devrait aider tous les travailleurs de la LCBO à se sentir plus en sécurité dans leur milieu de travail.

Rapport sur les retraites et les avantages sociaux par Shelly Robitaille, Comité des retraites et avantages sociaux

Vous planifiez de prendre votre retraite?

Vous avez travaillé dur pendant des années, vous avez économisé avec sagesse et vous êtes maintenant prêt à partir à la retraite – peu importe ce que cela signifie pour vous.

Alors que vous commencez une nouvelle phase de votre vie, rappelez-vous que vous laissez derrière vous un travail, des années d'expérience et d’histoires que vous n'oublierez jamais.

Le Comité des retraites et des avantages sociaux a travaillé d’arrache-pied pour vous aider à faire la transition en douceur. La décision de prendre votre retraite est très importante et vous devriez commencer à planifier au moins six mois à l'avance. Cette période vous aidera à être à l'aise avec votre décision et vous préparera à y faire face le moment venu.

Nous avons affiché des renseignements sur le Site Web d’OPTrust pour vous faciliter la tâche. Cliquez sur « Members », puis sur le côté, cliquez sur « Planning for Retirement ». Vous devrez remplir ces formulaires lors de la planification de votre retraite.

Vous trouverez tous les liens dans les pages qui suivent.  Appuyez sur la touche « Ctrl » de votre clavier en cliquant sur le lien.

Ce que vous devez savoir

À propos des autres pensions du gouvernement?

Comment faire pour démarrer le processus

Informez votre employeur et OPTrust de la date de votre départ à la retraite.

  • Assistez à une session d'information sur la retraite.
  • Remplissez les formulaires de votre employeur et d’OPTrust
  • Veillez à ce qu’OPTrust dispose de tous les documents nécessaires pour traiter votre dossier. 
  • Utilisez la calculatrice de la rente dans votre compte de services en ligne pour déterminer vos droits à pension à divers âges ou demander une estimation de votre rente. Utilisez également la calculatrice de la rente pour obtenir une estimation du revenu net.

Vous devez remplir les formulaires suivants

Veuillez remplir et envoyer ces formulaires et documents à OPTrust dès que possible :

Document d’information contenant davantage de renseignements

Sites Web du gouvernement et renseignements sur les prestations :

Pour toute question, contacter nos membres de l'équipe des retraites et avantages sociaux.

Message d'adieu de Denise Davis

Chers amis,

La date où je suis admissible à la retraite est enfin arrivée et je dois avouer que j’ai vraiment hâte de passer plus de temps avec ma famille et mes amis – il y a tant de choses à rattraper!

Au moment où je me prépare à partir à la retraite et à commencer ce nouveau chapitre de ma vie, j'ai pris le temps de réfléchir à mes 36 années de carrière à la LCBO et à mon travail de militante syndicale. Au fil de nos nombreux défis et réussites, j'ai eu le plaisir de travailler aux côtés de certaines personnes qui ont fait preuve d’une détermination et d’un dévouement sans bornes. Pour cela, je leur suis éternellement reconnaissante.

Merci à tous les membres de la division de m’avoir accordé leur confiance en tant que présidente de la division durant ces 10 dernières années et en tant que vice-présidente auparavant. Vous servir a été un immense honneur et je suis tellement fière des progrès que nous avons accomplis ensemble.

Durant ces 25 dernières années, j'ai donné de mon temps pour travailler avec le syndicat – à la fois avec l'OLBEU et le SEFPO. Lorsque j'ai été engagée comme travailleuse à durée déterminée à la LCBO en 1983, j'étais très heureuse de décrocher cet emploi, en particulier pour une grande société de la Couronne, où les possibilités de carrière me paraissaient exceptionnelles. Mais j'ai vite constaté un véritable manque d'équité et de justice dans mon travail et mes aspirations ont changé. Je me suis consacrée à la lutte pour un meilleur milieu de travail pour toutes et tous, peu importe si ça devait prendre quelques personnes à rebrousse-poil.

Depuis mon plus jeune âge, j'ai toujours eu envie de défendre l'opprimé et de combattre les injustices; c'est probablement la raison pour laquelle je me suis tant intéressée au syndicalisme. Chaque année a apporté ses propres défis et récompenses, mais je peux dire honnêtement que nous ne sommes pas restés les bras croisés. Nous avons été de l’avant à toute vapeur à la table de négociation et au-delà et notre lutte doit continuer dans les années à venir.

Mon objectif dans la négociation a toujours été simple : se battre pour améliorer le libellé existant et obtenir de nouvelles avancées et dispositions sur lesquelles les futures générations de militants pourront s'appuyer. Et je suis tellement fière du travail que nous avons accompli.

Au moment où je passe le flambeau, je suis convaincu que nos fondations sont solides et profondes. Je sais que nos futurs dirigeants ont les compétences, les connaissances et la détermination nécessaires. Je leur souhaite également d’avoir la confiance de tracer un parcours audacieux pour aller de l'avant et continuer notre lutte pour améliorer notre travail et province.

Mon étincelle de militante n'est pas encore éteinte et vous la verrez jaillir à nouveau, mais j'ai hâte de passer plus de temps à jouer au golf, à peindre, à voyager, à discuter devant un feux de camp et à passer beaucoup plus de temps avec mon mari, Glen, mes deux fils et leurs femmes, et mes cinq petits-enfants.

Je tiens à remercier la direction du SEFPO, y compris Smokey, Eddy et tout le Conseil exécutif, pour leur appui continu à la Division de la LBED. Un merci spécial à tous les présidents de section locale de la LBED pour leur soutien et leurs messages de soutien, à l'exécutif divisionnaire pour leur soutien constant et leurs cadeaux, et aux sections locales 165 et 378 et à tous les présidents de comité pour leurs gentils cadeaux – et le gâteau! Merci aux membres du personnel du SEFPO qui ont travaillé avec la LBED – toute ma gratitude pour votre travail.

Enfin et surtout, je tiens à remercier chacune et chacun d’entre vous – vous les membres de la LBED – pour le travail que vous effectuez quotidiennement, pour vos communautés, le SEFPO et l’Ontario. Vous avez été une source d’inspiration et je vous remercie du fond du cœur.

Ce travail, et tous les amis chers qui m’ont accompagnée tout au long du parcours, va me manquer, mais j’ai maintenant hâte d’embarquer dans de nouvelles aventures. Continuez à mener ce combat honorable. À très bientôt.

En toute solidarité, toujours!

Denise

Division des employés de la Régie des alcools
Exécutif divisionnaire

Jennifer Van Zetten (SL 162), présidente, jennifervanzetten@outlook.com

Colleen MacLeod (SL 5107), secrétaire/trésorière, lbedsecretary@rogers.com

Jamie Kensley (SL 681), président du Comité anti-privatisation, jamienji@gmail.com

Shelly Robitaille (SL 162), présidente du Comité des retraites et avantages sociaux, srobitaille77@hotmail.com

Craig Hadley (SL 5109), président du Comité de la formation et des communications, craigh22@gmail.com

Deborah McGuinness (SL 5110), présidente du Comité en matière de santé et de sécurité au travail, debbiemcguinness01@gmail.com