Avis
Avis

La leçon à tirer du Collège Everest

Date de publication

Le lundi 2 mars 2015, 15 h 45

La fermeture soudaine des 14 campus du Collège Everest en Ontario laisse 2 400 étudiants sur le carreau et 450 employés sans travail. Le gouvernement de l'Ontario est directement responsable de ce chaos – un avertissement qui constitue une sérieuse mise en garde.

Les scandales de privatisation se succèdent en Ontario. Dans son rapport, la vérificatrice générale a rapporté que plus de huit milliards de dollars ont déjà été gaspillés dans des projets de privatisation. Et ce dernier scandale vient s'ajouter à ce nombre.

On doit tirer une leçon de la fermeture du Collège Everest pour éviter que l'histoire se répète.

Les compressions de financement générales dans notre système public d'enseignement postsecondaire couplées avec un manque de contrôle du gouvernement de l'Ontario sur les collèges privés d'enseignement professionnel ont ouvert la porte à la corruption dans ces sociétés privées qui procurent une éducation médiocre et discutable aux étudiants de l'Ontario.

En encourageant des institutions privées, comme le Collège Everest, à concurrencer nos établissements d'enseignement postsecondaire qui sont financés par les deniers publics, le gouvernement de l'Ontario envoie nos étudiants à l'échec et compromet leur frais de scolarité et l'argent durement gagné qu'ils ont investi dans leur éducation.

Plus de 50 000 étudiantes et étudiants fréquentent des collèges privés en Ontario. Des sociétés américaines, à l'instar des Collèges Corinthian Inc., compagnie mère du Collège Everest, sont autorisées à enseigner en Ontario sans restrictions et sans une surveillance adéquate. Au sud de la frontière, les Collèges Corinthian Inc., qui ont fait l'objet d'enquêtes pour falsification des taux d'emploi de leurs diplômés, connaissent des difficultés depuis quelque temps.

L'Ontario compte 24 collèges d’arts appliqués et de technologie et 20 universités de classe mondiale qui offrent des programmes d’études de qualité bien que l'enseignement post-secondaire de l'Ontario soit le moins financé de toutes les provinces. Le renforcement du financement de notre système collégial constitue un investissement clé dans l'éducation de la main-d'œuvre future de l'Ontario. Les collèges de l'Ontario sont une force motrice pour l'innovation et une économie plus forte.

Il est temps que l'Ontario s'engage sérieusement à financer adéquatement ses établissements postsecondaires publics.

Le Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO) représente plus de 25 000 employés du personnel scolaire et de soutien dans les collèges de l'Ontario. Ces employés dévoués procurent une éducation postsecondaire de qualité à plus de 200 000 étudiants et étudiantes.