Communiqué de presse
Communiqué de presse

M. Thomas nous dit que le SEFPO est plus fort que jamais en cette fête du Travail et qu'il est prêt à affronter la tempête

Date de publication

Le vendredi 31 août 2018, 09 h 00

Toronto – Dans un message aux membres du syndicat et du public à l’occasion de la fête du Travail, le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a déclaré que le syndicat n’a jamais été aussi important et fort et qu’il est prêt à mettre au défi le nouveau gouvernement conservateur et certaines de ses décisions irréfléchies.

« C’est simple comme bonjour, plus la classe ouvrière et la classe moyenne sont fortes, plus l’économie dans son ensemble est forte », a déclaré M. Thomas. « C'est pourquoi il est si important d’avoir de solides syndicats comme le SEFPO. Nous contribuons non seulement à améliorer la vie de nos membres, mais aussi celle de tous les citoyens de la province. »

Monsieur Thomas a souligné que le SEFPO aurait pour priorités principales dans les mois à venir de protéger les emplois et de veiller à la qualité des services publics; il se battrait aussi contre le plan irresponsable du gouvernement Ford de privatisation de la vente de cannabis.

« C'est une mauvaise idée pour nos jeunes et c'est une mauvaise idée pour nos communautés... les seuls qui en profiteront sont les quelques conservateurs qui entretiennent des liens avec les détaillants de cannabis potentiels », a ajouté le président Thomas. « Le plan le plus rationnel possible pour l’Ontario est de vendre le cannabis dans des magasins gérés par le public, et nous devrions simplement refuser le plan de Doug. »

Le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, a également averti M. Ford qu’il allait se faire chahuter s’il continue à mettre les intérêts des riches avant ceux du reste de la population.

« Regardez ce qui s'est passé avec le salaire minimum. Une minorité de riches ont rouspété en disant que l’augmentation du salaire minimum à 14 $ entraînerait une perte d’emplois et la ruine économique », a déclaré M. Almeida. « Mais les chiffres racontent une histoire toute autre. Après l’augmentation du salaire minimum, le taux de chômage a baissé et notre économie a connu une période d’essor. »

« Monsieur Ford a dit qu’il aide davantage les travailleurs en réduisant leurs impôts. Mais une fois de plus, ce n’est pas ce que disent les chiffres », a ajouté M. Almeida. « Augmenter le salaire minimum à 15 $ de l’heure mettrait deux fois plus d'argent dans les poches des travailleurs. Et cet argent, ils finiraient par le dépenser dans les petites entreprises de leurs propres communautés. »

Monsieur Thomas a également dit que si M. Ford avait vraiment l’intention de gouverner pour « les plus petits », il devrait sévir contre les patrons qui essaient de briser l’esprit de travailleurs forcés de faire grève pour conserver leurs droits.

« Les travailleurs de la santé d’Owen Sound font actuellement grève pour lutter contre des salaires bas et des conditions de travail toxiques », a encore dit M. Thomas. « Pendant ce temps, les médecins millionnaires qui tirent profit de ces salaires bas fuient leurs responsabilités et font durer la grève en embauchant des briseurs de grève.  C’est abuser de l'argent public qu’ils reçoivent. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931