Communiqué de presse
Communiqué de presse

SEFPO à Ford – sors de ta cachette et viens rencontrer les travailleurs de première ligne

Date de publication

Le lundi 10 juin 2019, 02 h 30

Toronto - Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, demande une fois de plus au premier ministre Ford de bien vouloir le rencontrer pour parler des graves problèmes auxquels sont confrontés les travailleurs de première ligne de la fonction publique.

L'Assemblée législative prévoit retourner à la Chambre fin octobre; ainsi, selon M. Thomas, une rencontre avec le premier ministre n'est pas trop demander.

« Loin de moi l'idée d'interrompre la sieste estivale de midi du premier ministre, mais nos membres font face à de sérieux problèmes, et ce sont parfois des questions de vie ou de mort », a dit M. Thomas. « Je ne peux croire que le premier ministre ne puisse s'extirper de son hamac pour discuter de questions essentielles comme les soins de santé ou la crise dans les services correctionnels. »

Monsieur Thomas tient également à partager quelques idées sur la façon d'économiser dans notre province, sans imposer de plafond aux ententes négociées avec les travailleurs du secteur public.

« Ça fait littéralement des dizaines d'années que mes membres n'ont pas reçu de véritable augmentation salariale », a déclaré M. Thomas. « On leur a jeté quelques miettes, à l'occasion, qui suffisaient à peine à couvrir l'inflation. Ils ont fait assez de sacrifices. »

Lorsque, dans le cadre de l'émission radiophonique John Oakley, on a demandé au premier ministre Ford s'il rencontrerait M. Thomas, il s'est dérobé à la question en disant qu'il achèterait un burger à M. Thomas s'il venait à la Fordfest plus tard ce mois.

« Je vais passer sur le burger, parce que les seules choses qui sortent des cuisines de Doug sont des tromperies », a ajouté M. Thomas. « Comme celle qu'il a servi durant les élections avec sa promesse de n'éliminer aucun emploi de première ligne. »

« Les travailleurs de première ligne vont avoir de la peine à croire que le premier ministre ne puisse trouver le temps de rencontrer les agents de négociation du SEFPO au cours des cinq prochains mois. La question qu'ils se posent en ce moment est de savoir s'il est trop paresseux pour me rencontrer ou s'il a peur de me rencontrer. Qu'en est-il Doug? »

Pour plus d'information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931