Avis
Avis

Thomas à Flynn : Attaquez-vous sérieusement à la violence dans les établissements de soins de santé mentale

Date de publication

Le mercredi 13 décembre 2017, 12 h 30

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a envoyé aujourd’hui la lettre suivante au ministre du Transport de l’Ontario, Kevin Flynn, pour lui parler d’un projet de recherche annoncé la semaine dernière.

Le 13 décembre 2017

L’honorable Kevin Flynn, ministre
Ministère du Travail de l’Ontario
400, avenue University, 14e étage
Toronto (Ontario)  M7A 1T7
Par courriel : kflynn.mpp@liberal.ola.org

Objet : Santé et sécurité des travailleurs dans les établissements de santé mentale

Monsieur le ministre,

La présente fait suite à votre annonce, la semaine dernière, d’un financement de l’ordre de 240 000 $ d’un projet de recherche visant à « prévenir l’état de stress post-traumatique (ÉSPT) chez les fournisseurs de soins de santé mentale et faire en sorte que les personnes qui souffrent d’un ÉSPT reçoivent un soutien opportun pour retourner au travail », disait votre communiqué de presse daté du 7 décembre dernier (traduction libre). Entre autres, ce projet, disait le communiqué de presse, « examinera les obstacles à l'accès aux soutiens visant à prévenir et soulager les symptômes de l’ÉSPT » (traduction libre).

Alors que je suis normalement pour les projets de recherche au travail, l’annonce faite la semaine dernière me donne l’impression que votre gouvernement n’a pas vraiment compris ce qui se passe dans nos établissements de soins de santé mentale. Lorsqu’un agent de police intervient dans le cadre d’une agression, il n’étudie pas le problème, il intervient. C’est ce que les membres du SEFPO demandent depuis longtemps à votre gouvernement de faire en ce qui concerne la violence au travail.

Nous n’avons pas besoin d’une autre étude pour savoir que la seule façon de « soulager les symptômes de l’ÉSPT » est de prévenir les traumatismes. Ce que votre gouvernement dit à mes membres qui travaillent dans les établissements de santé mentale, c’est essentiellement ce qui suit : « Vous travaillez dans des conditions démesurément dangereuses. Vous continuerez de subir de graves blessures au travail, et vous risquez même d’être tué. Mais ne vous inquiétez pas, nous étudions le problème. ».

Je le répète, je soutiens la recherche. Toutefois, la recherche ne fera rien pour les travailleurs qui vont au travail maintenant, aujourd’hui, et qui se demandent s’ils rentreront en vie à la maison ce soir. Si vous voulez sérieusement résoudre le problème de la violence dans les établissements de soins de santé mentale, alors 240 000 $ ne suffiront pas. Votre gouvernement doit consentir des investissements importants pour l’évaluation des risques, la dotation, la formation, l’équipement et des installations conçues et bâties en songeant avant tout à la sécurité.

Ce qui doit être fait pour garder le personnel et les patients en sécurité est bien connu et bien documenté. Le fait que vous ne fassiez pas les investissements dont le personnel et les patients des soins de santé mentale ont si désespérément besoin me montre que le véritable motif derrière votre annonce d’un investissement de 240 000 $ est plus à propos de relations publiques que de réduction des traumatismes. Tel que je le vois, votre annonce vise clairement à donner l’impression que votre gouvernement fait quelque chose à propos de l’ÉSPT dans les établissements de soins de santé mentale alors qu’en fait, il ne fait rien.

Dire que je suis déçu est vraiment peu dire.

Monsieur le ministre, je sais que vous êtes bien informé au sujet de la violence à laquelle font face les travailleurs des soins de santé en général et les travailleurs en santé mentale en particulier. Ce que je vous demande aujourd’hui, c'est d’agir sur ces informations d’une manière qui soit sincère et sérieuse.

Je vous remercie de votre attention. Si vous désirez en discuter davantage, n’hésitez pas à me contacter.

Veuillez agréer, Monsieur le ministre, mes salutations distinguées.

Warren (Smokey) Thomas
Président

c. : Pete Sheehan, président, section locale 329 du SEFPO; Conseil exécutif du SEFPO

Téléchargez cette lettre (en anglais)