Communiqué de presse
Communiqué de presse

Une refonte de la gestion est nécessaire au Centre de santé mentale Waypoint

Date de publication

Le lundi 17 décembre 2018, 16 h 00

Penetanguishene – Les travailleurs du Centre Waypoint ont voté à l’unanimité en faveur de la démission immédiate de tous les dirigeants du Centre de santé mentale Waypoint pour incompétence et problèmes de sécurité et de santé de plus en plus graves.
 
« Carol Lambie, présidente, et son équipe dirigeante, ont complètement démoli le centre Waypoint », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Leurs mauvaises décisions mettent le personnel, les patients et la communauté en danger. Nous sommes à bout de patience. Il est temps qu’ils prennent leurs responsabilités et démissionnent. »
 
L’incompétence sérieuse entourant l’établissement des horaires du personnel a donné lieu à quelque 5 millions de dollars en heures supplémentaires cette année seulement. Le problème est accentué par un roulement du personnel anormalement élevé. Suite à une tentative de la direction de Waypoint de passer outre le syndicat et de négocier directement avec le personnel, le SEFPO a déposé une plainte de pratique de travail déloyale auprès de la Commission des relations de travail de l'Ontario.
 
Les problèmes de santé et de sécurité au Centre Waypoint incluent l’évasion manquée récente d’un patient, qui avait enfreint les règles de sécurité avant d’escalader une barrière, avant d’être arrêté par le personnel de sécurité.
 
Le SEFPO a appris que le Centre Waypoint avait essayé de camoufler l’incident pour protéger leur réputation et enfreint le protocole en n'avertissant pas communauté voisine. La ministre du Travail a émis dix ordres contre le Centre Waypoint suite à l’enquête effectuée sur cet incident. Le ministère a demandé une évaluation complète des risques, incluant une évaluation du rapport patients-personnel.
 
« Ça fait des années que le Centre Waypoint a des problèmes de santé et de sécurité. C’en est assez des promesses vaines et de l’incompétence. Il est temps de renverser la vapeur », a encore dit M. Thomas.
 
Le Centre Waypoint a dû payer une amende de 40 000 $ en décembre 2017 après avoir plaidé coupable à une accusation du ministère du Travail à propos d’un incident qui a eu lieu en 2016. L’organisme doit encore mettre en place les recommandations résultant de l’évaluation des risques.

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931