Skip to content

Un régime de retraite qui fonctionne

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Chers amis,

Lorsqu’il faut fournir un revenu de retraite sûr et stable aux travailleurs, rien ne fonctionne mieux qu’un régime de retraite à prestations déterminées. Des régimes de retraite formidables comme OPTrust, HOOPP, OMERS et le régime de retraite des CAAT permettent à des milliers de membres du SEFPO d’entrevoir leur retraite avec confiance.

Ainsi, il n'est pas surprenant de voir que le personnel du SEFPO lui-même bénéficie d’un régime de retraite à prestations déterminées. À l’instar des régimes des membres du SEFPO, le régime du personnel est à fiducie mixte. Les administrateurs du régime collaborent à la gestion du régime, et ils font un excellent travail. Le plan fonctionne.

J’ai toutefois entendu dire que Martin Regg Cohn, un journaliste du Toronto Star, envisage de publier une rubrique ce weekend à propos du régime de retraite du personnel du SEFPO. Il est probable qu’il dise que le régime est en déficit. Et c'est vrai. Mais la notion que ce déficit soit un problème majeur est fausse.

Comme de nombreux membres du SEFPO le savent, les bons régimes de retraite sont conçus pour le long terme. Ils sont parfois en déficit et parfois ils sont excédentaires. En l’occurrence, la plupart de nos régimes sont actuellement pleinement financés ou excédentaires. Mais qu’ils le soient ou non, ils sont tous gérés de façon à assurer un revenu de retraite sûr, stable et prévisible à nos membres.

Il en va de même pour le régime de retraite du personnel du SEFPO. À l’instar des régimes des membres du SEFPO, la valeur du régime du personnel est calculée tous les trois ans. Et à sa dernière évaluation, à la fin de l'exercice 2013, le régime était financé à 87 pour cent. Les résultats de la prochaine évaluation, qui prend les chiffres jusqu’à fin 2016, seront disponibles en septembre 2017.

Les administrateurs du régime de retraite du personnel sont responsables de la gestion du régime de retraite et de ses placements à long terme. Ils font en sorte que le régime soit viable, de façon qu’il puisse verser des pensions au personnel durant des décennies à venir.

Ce n'est pas toujours facile, et plus particulièrement de nos jours. Les retraités vivent plus longtemps et les taux d’intérêt bas à long terme augmentent le passif des régimes de retraite et réduisent le rendement des placements. Ceci dit, de nombreuses options sont disponibles pour renforcer le régime de retraite de notre personnel. Nos administrateurs et les membres de nos deux syndicats du personnel examineront ensemble ces options cette année. Je ne doute pas que leur coopération permettra d'aboutir à une solution à long terme qui soit viable. 

En ce qui concerne Monsieur Cohn, je ne peux expliquer pourquoi il s’intéresse à la pension de notre personnel, mais je peux dire que nous ne nous entendons pas sur de nombreux sujets, et plus particulièrement sur les pensions. Ce mois-ci, Monsieur Cohn s’est rallié à l’opinion du gouvernement de la première ministre Kathleen Wynne qui dit que le surplus des régimes de retraite OPTrust et du personnel enseignant appartient au gouvernement. Je me rallie à l’opinion de notre vérificatrice générale Bonnie Lysyk, et je m’oppose à ce mensonge (lire ici). Ces biens appartiennent aux membres du régime, un point à la ligne.

Mais Monsieur Cohn semble avoir accepté de devenir le protecteur en chef des libéraux à Queen’s Park. Ceci étant, je ne m'attends pas à m’entendre avec lui dans un proche avenir.

Entre temps, les administrateurs du régime de retraite du SEFPO continueront de faire ce qu’il faut pour assurer la durabilité à long terme du régime — et garder la promesse du régime durant des décennies à venir.

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas
Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario

Afficher tous les messages du président : de 2009 à aujourd’hui