Skip to content

Test électoral pour Dalton McGuinty

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Chères consœurs, chers confrères,

Aujourd’hui j’ai jeté un coup d’œil à mon calendrier et il indique que les électeurs de l’Ontario vont se rendre aux urnes pour voter aux élections provinciales le 6 octobre 2011.  C’est en fait, pour très bientôt.  Dans deux mois nous serons en mesure de dire que les élections auront lieu « l’an prochain ».

Quel sera l’enjeu de ces élections ?

Je ne dispose pas de boule de cristal.  Parfois les choses les plus inattendues se produisent.  Mais à moins que quelque chose de réellement inhabituel se produise on peut prévoir de façon réaliste  que les services publics et l’économie vont être des enjeux de premier plan pour la plupart des électeurs.

Dalton McGuinty n’a pas causé l’effondrement économique mondial qui frappe l’Ontario actuellement, mais dans deux ans on peut parier que les électeurs vont demander s’il a aidé ou s’il a porté atteinte à la reprise économique – et s’il a aidé ou  porté atteinte au résultat net de la  province.

En ce qui concerne les services publics, nous savons tous que leur demande s’accroît au cours d’une récession.  Le degré de protection que McGuinty assurera et maintiendra pour nos services est à coup sûr un facteur essentiel pour sa réélection.  Ou pour sa défaite.

Ce n’est pas une situation facile, loin de là.  S’il effectue des coupures dans les services publics, personne ne va être content au sujet de leur perte.  En outre, chaque dollar qu’il enlève aux services publics est un dollar qui disparaît de l’économie – et ça ne fait pas beaucoup de bon sens de dépenser des millions pour stimuler l’économie alors qu’on coupe des millions prévus pour les services publics.

La façon dont McGuinty va traiter la question du déficit de 24,7 milliards de dollars décidera de son avenir politique.  Je suis certain qu’il va être tenté d’essayer de prendre certains des montants qui lui font défaut dans les poches des employés de la fonction publique.

C’est une approche risquée.  Alors que le SEFPO représente environ 125 000 travailleurs du secteur public en Ontario, au total c’est plus d’un million de travailleurs du secteur public qui reçoivent des chèques de paie dépendant de la province.  C’est un nombre considérable d’électeurs.

Dans deux ans à compter d’aujourd’hui, une grande partie de ce million de travailleurs va faire la queue aux bureaux de scrutin lors des élections.  Je ne serais pas autrement surpris si la grande question que nous allons nous poser est la suivante : « Lors des temps difficiles, est-ce que Dalton McGuinty a traité le secteur public de façon juste ? »

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas
Président

Afficher tous les messages du président : de 2009 à aujourd'hui