Skip to content

Eddy Almeida, premier à donner l'exemple

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Durant mes mandats à la présidence de ce formidable syndicat, j’ai eu l’occasion de rencontrer toutes sortes de chefs de file.

Certains aiment le frisson d’être aux commandes. Certains aiment avoir un beau titre à côté de leur nom. Certains aiment être sous les feux de la rampe. 

Et puis il y a notre propre premier vice-président/trésorier, Eddy Almeida. Tout ce qu’il veut, c’est faire de bonnes choses. 

Je l’ai vu à maintes reprises depuis sa première élection au deuxième poste le plus élevé de ce syndicat, il y a de celui huit ans. Et je m’en suis souvenu une fois de plus après lui avoir demandé, plus tôt ce mois-ci, d’aller à Queen’s Park pour dire au gouvernement Ford ce qu’il peut faire avec son projet de loi 124, la loi qui, véritablement, réduit nos salaires pour les trois prochaines années. 

Sa première réaction? Nous avons déjà clairement expliqué pendant les soi-disant « consultations » que nous sommes contre toute restriction à la négociation. Quelle perte de temps, pour eux et pour moi! 

Et puis, quelques instants plus tard, sa deuxième réaction : Je vais le faire parce qu’il faut le faire. Mais je ne vais rien retenir. Je leur dirai exactement combien nous sommes frustrés. 

Et c’est exactement ce qu’il a fait. 

Il s’est assis devant le Comité permanent des affaires gouvernementales et, avec fougue, il a dit franchement ce qu’il pensait aux personnes au pouvoir. 

« J’aimerais pouvoir dire que je suis heureux d’être ici, mais je ne le suis pas », a-t-il dit après s’être présenté à un comité dominé par des conservateurs. « L’Ontario se trouve face à des problèmes urgents qui nécessitent tout le temps, toute l’attention et toute l’énergie de notre gouvernement. Ces problèmes sont le changement climatique, les soins de santé de couloir, l’inégalité des revenus salariaux entre les hommes et les femmes et l’endettement personnel record. » « Au lieu de cela, nous sommes tous coincés ici une fois de plus à parler d’un projet de loi qui est manifestement inconstitutionnel et qui vise injustement les travailleurs de première ligne de la fonction publique. C’est un gaspillage énorme de temps, le mien et le vôtre. » 

Typique Eddy! Passionné, rigoureux et s’efforçant toujours de trouver de véritables solutions à de véritables problèmes. 

Mais à quoi d’autre peut-on s’attendre d’un gars qui a grandi et travaillé sur la ferme familiale? 

Il est inutile de perdre son temps et son argent à peindre les murs de l’écurie si on n’a pas nourri les animaux qui y logent. Et vous n’allez pas gagner beaucoup d’argent au marché si vous ne sortez pas dans les champs pour vous occuper de vos cultures. 

En d’autres termes, Eddy a été élevé pour savoir que lorsqu’il y a du travail à faire, il est inutile de chercher une raison de ne pas le faire. Il faut retrousser ses manches et faire ce qu’il y a à faire. 

C’est l’attitude qu’il a adoptée dès le moment où il a été élu premier vice-président/trésorier du SEFPO. Quand il a regardé nos livres et a vu qu’on avait accumulé 14 millions de dollars de dettes, il a tout de suite établi ce qu’il devait faire et il s’est immédiatement mis à la tâche. Et c’est pourquoi on l’a choisi pour faire face à ce gouvernement et à ses tentatives maladroites visant à contrôler les salaires. 

Sauvegarder la trésorerie face à des pressions incessantes n’est pas facile. Dire non n’est pas toujours très populaire. 

Mais en respectant des principes financiers et syndicaux sains, Eddy a pu redresser nos finances. Le gouvernement serait sage d’écouter ce conseil d’Eddy : « Investissez dans les ressources humaines et coupez dans le gras de la bonne vieille politique de l’assiette au beurre. » 

Il n’a pas coupé juste pour couper.  Il a coupé avec soin et seulement ce qui devait être coupé, restant toujours axé sur son objectif final, soit celui de faire en sorte qu’en bout de ligne nous nous en portions tous et toutes mieux. 

C’est ça diriger par l’exemple. Bravo, cher confrère.

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas
Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario
@OPSEUSmokey
facebook.com/OPSEUSmokey