Un gouvernement dangereux

Facebook
Twitter
Email

Chers amis,

Quelque chose ne tourne vraiment pas rond au gouvernement libéral de Queen’s Park.

Avec près de 900 pages, le récent rapport de la vérificatrice générale donne sur presque chaque page un nouvel exemple hallucinant de mauvaise gestion. Nous avons des problèmes dans le secteur des soins à domicile. Des problèmes dans les sociétés d’aide à l’enfance. Des problèmes dans le secteur des soins de longue durée. Des problèmes avec l'assistance sociale. Des problèmes avec les programmes de création d'emplois, dans le cadre desquels les libéraux de Madame Wynne affectent des fonds à de grandes entreprises qui n’ont absolument pas besoin d’aide sociale.

Faut-il s’étonner que l’éditorialiste d’un journal résume en un mot ce qui ne va pas avec les libéraux de Madame Wynne : tout.

La vérificatrice générale n’a pas parlé dans son rapport de ce qui arrive aux employés de la fonction publique. Depuis plus de cinq ans, les membres du SEFPO et d’autres travailleurs voient les « gels » salariaux détruire leur pouvoir d’achat. Nos avantages sociaux sont attaqués. Avec la suppression d’emplois, la charge de travail augmente.

Tout cela nous vient d’un gouvernement qui se vante que l’Ontario a les dépenses de programmes par habitant les plus faibles de toutes les provinces au Canada.

Franchement, il n’y a pas de quoi se vanter. C’est tout simplement honteux!

Ce que la vérificatrice générale a omis de capturer en détail est ce qui arrive lorsque nous affamons les services publics et stressons les fonctionnaires au maximum.

Lorsque ça va mal avec de nombreux services publics, ça va vraiment mal. On tombe malade ou encore plus malade. On se blesse. On meurt.

Et nulle part les risques sont-ils plus élevés qu’aux services correctionnels.

Tandis que les conditions de travail se détériorent dans nos prisons et que le nombre de dossiers augmente dans nos bureaux de probation, les fondations commencent à se fissurer. Nous avons eu deux émeutes ce mois dans des prisons, avec six agents correctionnels et quelques détenus qui ont fini à l’hôpital. J’ai déjà mis ce gouvernement en garde, publiquement, et je le fais encore une fois : si on ne fait rien, quelqu’un pourrait mourir.

Tandis que l’assemblée législative ferme ses portes et les députés provinciaux retournent dans leurs communautés, nous devrions tous et toutes leur dire ceci : il est temps de mettre fin à votre guerre contre les services publics. Il est temps de trouver l’argent pour financer comme il se doit les services dont nous dépendons tous et toutes. Comme on est en droit de s’attendre, il est temps que le gouvernement fasse de la bonne gestion, des traitements équitables et de la sécurité du public ses priorités.

Toute autre entreprise est vaine et dangereuse.

Parlez-en à votre député provincial.

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas
Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario

Afficher tous les messages du président : de 2009 à aujourd'hui

Messages récents