Les chiffres de l’Institut Fraser ne font aucun sens

Facebook
Twitter
Email

Chers amis,

Il arrive qu'on voit un reportage et qu'on se demande où ils ont déniché leurs informations.

Par exemple, saviez-vous que votre salaire a « augmenté en flèche » au cours des dix dernières années?

Selon le dernier rapport de l'Institut Fraser, un groupe de penseurs de droite, on pourrait le croire. L'Institut Fraser affirme que la rémunération des fonctionnaires ontariens a augmenté de 47 % entre 2005 et 2013.

Évidemment, l'Institut Fraser admet que l'inflation a joué un rôle pendant cette période. Aussi, l'Ontario a connu une bonne croissance et des emplois ont été créés dans le secteur public pendant cette période. Ainsi, l'augmentation par emploi réelle, après inflation, n'est que de 12 pour cent sur huit ans.

Ah vraiment?

Les données de l'Institut Fraser sont bien loin de la réalité comme on peut le constater. Le salaire de nombreux fonctionnaires est bloqué depuis 2010. Il est vrai qu'à un certain moment, après 2004 environ, on a vu les salaires augmenter d'un peu plus que le taux d'inflation. Mais ce que l'Institut Fraser ne dit pas non plus, par contre, c'est ce qui s'est passé avant cela.

Les membres du SEFPO qui se souviennent des années 1990 se souviennent peut-être aussi d'avoir perdu des emplois et vu chuter les salaires après l'adoption de la  Loi sur le contrat social. Vous vous souvenez peut-être aussi de ce qui s'est passé sous le gouvernement conservateur. À la Fonction publique de l'Ontario, par exemple, les membres du SEFPO ont vécu cinq années d'augmentations zéro. Nos membres d'autres secteurs ont subi des déboires similaires.

Quand ont examine les statistiques en matière de négociations collectives, on constate que les augmentations salariales des membres du SEFPO ont suivi l'inflation depuis les années 1990, dans le long terme, et c'est à peu près tout. Ainsi, si les grands penseurs de l'Institut Fraser disent que vous gagnez trop d'argent, ne les écoutez pas.

Eux-mêmes admettent que leurs statistiques ne sont pas parfaites. Ils n'incluent même pas les employés d'entreprises publiques comme la LCBO. Ils ne séparent pas les salaires des gestionnaires des salaires des travailleurs de première ligne.

Et ils se veillent bien de comparer les salaires du secteur public aux salaires du secteur privé.

Les statistiques qu'ils utilisent nous permettent de voir que les travailleurs du secteur public – un terme qui comprend les gestionnaires et les médecins – s'en sont sortis avec quelques points d'avance sur les travailleurs du secteur privé entre 1997 et 2013.

Par contre, les statistiques sur les négociations collectives – qui n'incluent ni les médecins ni les gestionnaires – montrent que le secteur public s'en sort avec quelques points derrière le secteur privé.

Ainsi, quand vous voyez un reportage sur la rémunération des employés du secteur public qui ne fait pas de sens, vérifiez-en la source. Et si ça vient de l'Institut Fraser, il est fort possible que leur recherche soit faussée.

En toute solidarité,

Warren (Smokey) Thomas

Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario

p.s. : Pour plus d'information, consultez “No, Fraser Institute, public sector pay isn’t ‘skyrocketing’” at PressProgress.cahttp://www.pressprogress.ca/en/post/no-fraser-institute-public-sector-pay-isnt-skyrocketing.

Afficher tous les messages du président : de 2009 à aujourd'hui

Messages récents