Skip to content

Le G-20 et la Fierté : Un contraste frappant

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Bien, c’est fini, le G-20.

D’après les nouvelles, vous ne sauriez jamais que les membres du SEFPO se comptaient parmi les 25 000 participants à la marche ayant fait appel aux chefs du monde d’accorder la priorité aux besoins des peuples.  Nous avons marché tranquillement pour de bons emplois, de solides services publics et des impôts équitables.  Nous avons marché à côté des environnementalistes, des activistes des droits de la personne, et des milliers et des milliers de syndicalistes.

Nous avons marché pour un meilleur monde.  Mais ce n’est pas ce que le monde a vu.

Le monde a vu Toronto comme une ville pleine d’automobiles en flamme et de forces d’intervention de la police.

Le monde a vu le Canada comme un pays conservateur qui s’apprête à couper les services publics, à abandonner la création des emplois, et à ignorer les vrais problèmes de la pauvreté, de la maladie et de la dévastation environnementale du monde entier.

Ce n’était pas comme ça auparavant.  Dans le temps, le Canada a été vu comme un pays progressiste, proactif, et pratique.  Nous avons bâti un système de soins de santé pour tout le monde.  Nous avons essentiellement inventé les forces de maintien de la paix.  Et c’était un Canadien qui avait fait l’ébauche de la Déclaration universelle des droits de la personne en 1948.

En 2010, nous pouvons à peine prononcer « le Canada » et « les droits de la personne »dans la même phrase.  Grâce à Stephen Harper, nous avons signé un accord de libre échange avec la Colombie, un pays qui tue plus de syndicalistes par an que tous les autres payés regroupés.  Grâce à Dalton McGuinty, la police au Sommet du G-20 pouvait – et elle l’a fait – arrêter n’importe qui rien que pour rester debout à cinq mètres de la barrière de sécurité.

Le comportement de nos soi-disant « chefs » a été une honte nationale.

Heureusement, la Semaine de la Fierté est arrivée, à partir d’aujourd’hui jusqu’au 4 juillet.  Contrairement au Sommet du G-20, la Semaine de la Fierté rendra les gens heureux.  Et contrairement au G-20, qui a puni les commerces locaux, la Fierté permettra d’améliorer les économies locales dans les villes d’un bout à l’autre du monde.

La Semaine de Fierté célèbre la diversité de toutes sortes.  Il s’agit de promouvoir l’égalité.  Il s’agit de souligner la participation.  Il s’agit de faire une déclaration politique – sans se faire arrêter par la police.  D’une façon ou d’une autre, elle est tout à fait l’opposé du G-20.

Dans les mois et les années à venir, les membres du SEFPO feront face à de grands défis à mesure que Stephen Harper continuera à pousser sa religion d’austérité.  Les Canadiens progressistes ont une vision différente.

À l’occasion de la Fête du Canada et de la Semaine de la Fierté, célébrons une meilleure vision de notre avenir.

En toute solidarité,

Warren (Smokey) Thomas
Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario

p.s. Le 26 juin dernier, des centaines de membres du SEFPO ont porté des t-shirts verts à l’appui de la taxe Robin Hood, une petite taxe sur les transactions financières qui ne ferait pas de mal mais qui pourrait ramasser des milliards de dollars pour résoudre les vrais problèmes du monde entier.  Imaginez ma grande surprise quand j’ai appris que l’ancien premier ministre du Canada Paul Martin y a accordé son appui.

Afficher tous les messages du président : de 2009 à aujourd'hui