Skip to content

Pieds joints dans la conversation électorale

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Chers amis,

Les Ontariens vont voter pour élire un nouveau gouvernement provincial le 6 octobre prochain. Il est temps que nous nous joignions tous et toutes à la conversation.

Pourquoi? Eh bien parce qu'en tant que membre du SEFPO, cette élection vous concerne.

Les politiciens qui parlent de coupures au niveau des dépenses publiques trébuchent les uns sur les autres. Les libéraux coupent déjà librement sur les emplois et les salaires. Les conservateurs aiguisent leur hache pour s'y mettre eux aussi – mais avec encore plus de vigueur.

En 2010, le ministre des Finances libéral Dwight Duncan a dit : « Il est temps de faire notre part » pour réduire les dépenses publiques. C'est alors qu'il a annoncé son plan de « gel » (c.-à-d., de réduction) des salaires des travailleurs provinciaux. Après avoir annoncé la suppression de 3 400 emplois à la fonction publique en 2009, en 2011 il décide d’en supprimer 1 500 autres. Pour retourner le couteau dans la plaie, il a embauché un économiste bancaire pour trouver des façons de vendre nos emplois au secteur privé.

Et puis, il y a Tim Hudak.

Le nouveau chef du parti conservateur agit comme si le premier ministre Mike Harris n'avait jamais existé. Aujourd'hui, Harris gagne 750 000 $ par année à un emploi à temps partiel chez Magna Corp. Mais entre 1995 et 2002, il changeait l'Ontario à temps plein. Il a attaqué les pauvres et nous a donné le sans-abrisme. Il a compliqué la procédure d'inscription syndicale. Il a mis la pagaille dans les secteurs de l'éducation et de la santé et de l'électricité. Il nous a permis d'hériter du désastre de Walkerton et du scandale de la viande avariée de Aylmer.

Tout cela a été rendu possible grâce à ses attaques contre les fonctionnaires et le travail qu’ils accomplissent. Et voilà que son protégé, Hudak, lui emboîte directement le pas. Son « livre de changements » est tout à propos de réductions d'impôts (pour rembourrer les poches des sociétés et laisser mourir de faim les services publics); de coupures au niveau des services publics (pour payer les réductions d'impôts); et de privatisation (pour donner des dollars publics aux mercantis privés).

Ces changements amélioreront nos vies, d'après lui. Mais ce n'est pas vrai.

J'estime que c'est un privilège de payer des impôts. Et ce, parce que je sais où cet argent va. Il sert à prendre soin de nos personnes âgées. Il sert à éduquer nos enfants. Il sert à protéger notre air et notre eau. Il sert à construire des communautés qui sont en santé, sécuritaires et prospères.

Mais dans le monde de Tim Hudak, c'est chacun pour soi. Si pour permettre à votre famille de se maintenir à flot, vous avez besoin de trois emplois, ça ne le dérange pas. Si vous n'avez pas les moyens de vous faire soigner, ça ne le dérange pas plus.

Mais la vérité, c'est que ça nous dérange. Dans le cadre de ces élections, les membres du SEFPO doivent parler à haute voix du travail qu'ils font. Nous avons contribué à la construction de cette province. Nous avons contribué à en faire un endroit où il fait meilleur vivre.

Il est temps de défendre l'Ontario que nous voulons.

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas, président
Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario

Afficher tous les messages du président : de 2009 à aujourd'hui