Skip to content

Le 8 mars doit être un jour férié

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Chères consœurs et chers confrères,

Depuis 99 ans, le 8 mars, la Journée internationale de la femme, est célébrée à des milliers d’activités auxquelles des millions participent dans le monde entier.  Et ils ont raison.  

Depuis un siècle, les femmes dans tous les pays entament de nombreuses luttes pour l’égalité des sexes, la justice sociale et économique et pour la paix.   Chaque nation et chaque communauté en bénéficie.   De l’équité salariale à la santé et sécurité au travail; du choix génésique à l’accès équitable aux écoles professionnelles,  nos consœurs organisent des campagnes de sensibilisation d’un bout à l’autre du pays.  

En cette journée il est très important de reconnaître la contribution incroyable du mouvement des femmes au progrès sur de nombreux fronts.   Où serions-nous aujourd’hui si les féministes ne luttent pas pour l’égalité et les droits de la personne, des services sociaux améliorés, la sécurité publique et les soins de santé; la cessation de violence, la protection de l’environnement, l’antiracisme, l’habitation abordable, la paix internationale, la garde d’enfants et la réforme du vote?

Alors encore une fois cette année, sur une période s sept semaines, il y aura plus de  50 activités de la Journée internationale de la femme organisées au Canada y compris de grands rassemblements politiques, des marches de protestation, films, conférences, expositions d’art, foires aux carrières, collectes de fonds pour les sans-abris et pour la santé et le bien-être.  Toutes ces activités auront lieu de Vancouver à Dawson Creek, à travers les Prairies à Toronto et Kingston et à Moncton.  Les travailleuses, les jeunes, les  parlementaires, ainsi que notre Gouverneure générale, assisteront  tous aux activités pour reconnaître les accomplissements des femmes – et pour continuer la lutte pour la justice.

L’année prochaine, au printemps de 2011, lorsque nous célébrerons notre centenaire au SEFPO, la Journée internationale de la femme sera aussi célébrée pour la centième fois.  Mais le 8 mars de l’année prochaine doit être différent.  Il doit être un jour férié; une journée de repos pour tout le monde.

Quelles meilleures raisons y a-t-il pour avoir un jour férié que la reconnaissance officielle de la lutte des femmes canadiennes pour l’égalité et de leur immense contribution à notre qualité de vie ?

Le moment est venu.  2011 verra le centième anniversaire de la Journée internationale de la femme.  Nous avons un gouvernement fédéral minoritaire avec une majorité de votes détenus par deux parties social démocratiques et un parti libéral démocratique.   Ils peuvent le faire à la Chambre des communes. 

Le mouvement syndical peut prendre les devants dans nos communautés. Faisons tous nos efforts avec le SNEESP et tous nos alliés progressistes pour faire du 8 mars 2011 la première Journée internationale de la femme un jour férié au Canada.

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas
Président

Afficher tous les messages du président : de 2009 à aujourd'hui