Nos emplois sont essentiels, mais souvenons-nous de ceux qui ont perdu le leur

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Chers amis, chères amies,

À l’approche du weekend du Jour de la Famille, songeons à tous nos amis, voisins et proches qui ont tant perdu au cours de cette pandémie.

Plus de 6 000 familles font le deuil d’un être cher. Et hélas, la famille de Connie Cerdan en fait partie. Connie était membre de la section locale 597. Elle est décédée du virus au début du mois de janvier. Notre consœur Connie et sa famille restent dans nos prières.

Chacun de ces décès représente une terrible tragédie. Je pense parler pour chacun et chacune de nous en offrant à toutes ces familles mes plus sincères condoléances.

Je voudrais également exprimer notre solidarité et notre soutien aux centaines de milliers de familles qui ont tout perdu : leur emploi, leur entreprise, leur maison, l’espoir.

Dans des secteurs comme le commerce, l’hôtellerie et le tourisme, nous pouvons parler de massacre des emplois.

Il est difficile d’imaginer tous les dommages collatéraux associés aux confinements et fermetures.

Tandis que des dizaines de milliers de nos membres continuent de se sacrifier aux premières lignes, on oublie parfois ceux et celles qui ont dû renoncer à tout pour soutenir les confinements que nos gouvernements ont dû imposer, sans pouvoir dire quoi que ce soit. Sans syndicat pour les soutenir. Sans voix. Sans choix. Eux aussi ont fait d’énormes sacrifices pour le bien commun.

Et des milliers d’entreprises ont été contraintes de fermer leurs portes, beaucoup d’entre elles de façon permanente. Disparues à tout jamais.

Au total, la province a maintenant quelque 200 000 emplois de moins qu’elle n’en avait à la même époque l’an dernier. Le taux de chômage provincial tourne aujourd’hui autour des neuf pour cent. C’est presque le double de ce qu’il était avant la pandémie. Et chacun de ces emplois perdus contribuait à l’économie, tant en termes d’impôts que de stimulus.

Malheureusement, la majorité des personnes qui ont perdu leur emploi étaient déjà vulnérables : jeunes, femmes, handicapés, Noirs, Autochtones et personnes racialisées.

Ceux qui ont souffert le plus souffraient déjà. Ils occupaient des emplois précaires ou mal payés. Ils vivaient en attendant leur prochain chèque de paie. Et maintenant, ce chèque de paie n’est plus.

Je l’ai dit fièrement dès le début, nos membres sont des héros dans cette pandémie. Mais souvenons-vous que nous sommes tous et toutes concernés.

Je demande donc au personnel et aux membres de notre formidable syndicat d’apprécier les bénédictions qui nous ont été données, en dépit de défis énormes.

La plupart d’entre nous ont eu la chance de garder leur emploi, de continuer de recevoir un chèque de paie hebdomadaire et de dormir sur nos deux oreilles.

Beaucoup d’entre nous ont eu l’avantage relatif de travailler à domicile pour rester en sécurité et contribuer à la sécurité de nos communautés.

Je suis fier de dire qu’en tant qu’employeur, l’OPSEU/SEFPO a gardé l’ensemble de ses employés, y compris ceux dont les fonctions ont considérablement diminué, sans aucune faute de leur part.

Je tiens également à remercier personnellement les membres de notre personnel qui sont allés au-delà de leur devoir, sans compter. Je sais qui vous êtes.

Ainsi, tandis que nous avançons, je vous demande de soutenir les petites entreprises locales de votre quartier. Elles ont plus que jamais besoin de nous.

Et nous avons besoin d’elles pour faire rouler l’économie et aider à payer les excellents services publics sur lesquels comptent tous les Ontariens.

Ainsi, si vous en avez assez pour vous et votre famille, pensez à ce que vous pouvez faire pour aider les familles en difficulté dans votre communauté.

Faites un don. Faites du bénévolat. Commandez un repas pour des voisins.

Aidez des amis à payer leur loyer ou leur hypothèque si vous le pouvez.

Restez fort et restez ensemble. Nous sommes une communauté. Nous sommes une famille.

Si l’histoire m’a appris quoi que ce soit, c’est qu’il viendra un nouveau jour, si un gouvernement cherche par des réductions à équilibrer le budget à nos dépens, où nous devrons faire appel à la communauté pour soutenir le travail que nous faisons.

Restons unis mes amis. Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas
Président de l’OPSEU/SEFPO
@OPSEUSmokey
facebook.com/OPSEUSmokey

Affichez tous les messages du président : de 2009 à aujourd’hui

Messages récents