Skip to content

Prendre les devants sur le salaire des femmes

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Chers amis,

La Journée internationale de la femme, qui aura lieu le 8 mars prochain, est une journée pour célébrer les accomplissements des femmes, chez nous et partout à travers le monde. C’est aussi un jour où nous nous réengageons à améliorer la vie des filles et des femmes de partout.

On n'a pas besoin de chercher loin pour savoir où commencer.

Au cours de l’année écoulée, les élections fédérales et le procès de Jian Ghomeshi ont attiré l'attention sur la question de la violence faite aux femmes. L’initiative du Collège Algonquin en Arabie saoudite a souligné combien il est important pour les filles et les femmes de pouvoir accéder à l’éducation. Et la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, a ouvert la porte à un débat public sur le salaire des femmes.

Il reste encore beaucoup à faire.

En tant que syndicat du secteur public, le SEFPO est déterminé à défendre l’égalité des femmes. Et nous devrions bien l’être si nous tenons compte du fait que deux membres sur trois au SEFPO sont des femmes. C’est pourquoi au cours de l’année écoulée nous avons intensifié notre lutte, et plus particulièrement dans le domaine des salaires des femmes.

Nous avons assisté à des réunions du Comité directeur de la Stratégie pour l’équité salariale entre les sexes du gouvernement. Nous soutenons la Coalition d’équité salariale. Nous avons publié des articles d’opinion sur l’écart salarial. Et nous ajoutons constamment de nouvelles idées au débat.

Kathleen Wynne dit vouloir réduire l’écart salarial entre les hommes et les femmes. Pourtant, les politiques centrales de son gouvernement font le contraire.

En retirant des milliards de dollars des salaires dans le secteur le plus féminin de l’économie, soit le secteur public, la première ministre fait croître l’écart. En prenant ces milliards pour les verser dans le secteur de la construction, un secteur à 88 pour cent masculin, elle fait croître l’écart. En rétrécissant le secteur public par la privatisation, elle fait croître l’écart. En asséchant la source de financement de l’équité salariale dans des centaines de petits organismes publics, elle fait croître l’écart.

C'est notre message, mais ça ne suffit pas de le dire une seule fois. Alors, nous en faisons encore plus.

À partir d’aujourd’hui et jusqu’à la Journée de l'équité salariale, soit le 19 avril, le SEFPO en dira plus et en fera plus en ce qui concerne l’écart salarial entre les sexes. À partir du 7 mars, nous diffuserons des annonces radio à travers la province. Nous aurons bientôt des annonces autour de Queen’s Park. Tandis que la Journée de l'équité salariale approche, on entendra parler de nous aussi dans les principaux journaux.

Lorsqu’il s’agit de la condition féminine, nous faisons figure de proue, nous sommes en première ligne. Joyeuse Journée internationale de la femme!

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas
Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario

Afficher tous les messages du président : de 2009 à aujourd'hui