Skip to content

En cette fête du Travail, engageons-nous à nous battre pour ce qui nous appartient à tous

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Chers amis et chères amies,

Tandis que les jours commencent à raccourcir, la fin de semaine de la fête du Travail nous donne l’occasion de nous réunir une fois de plus autour d’un barbecue avec nos amis et notre famille avant de nous lancer dans le travail important qui nous attend cet automne.

En cette fête du Travail, tandis que je songe à l’état actuel de nos services publics et de nos institutions publiques au cœur de notre société et me réjouis de notre campagne d’automne intitulée Ça nous appartient!, mon esprit se tourne vers cette vieille chanson de mineurs : « Which Side Are You On? » (De quel côté êtes-vous?) .

La chanson est issue des luttes des ouvriers miniers des années 1930. Et aujourd’hui, quatre-vingts ans plus tard, tandis que je songe à toutes les attaques lancées contre le secteur public, cette chanson me semble aussi pertinente qu’elle l’était.

Nous avons les menaces évidentes : les efforts soutenus des libéraux cherchant à vendre Hydro One contre le souhait de 80 % des Ontariens, ou les projets P3 qui continuent de verser des milliards de dollars dans les poches de sociétés donatrices.

Il y a aussi des exemples moins évidents, qui sont tout aussi dangereux pour les services dont nous dépendons.

Nous le voyons dans les collèges, où Deb Matthews et Collèges Ontario établissent un précédent effrayant pour la privatisation de l’éducation publique. Ensemble, ils confient le cours de gestion de première année à McDonald’s, une entreprise de laquelle absolument personne ne devrait recevoir de leçons sur l’éthique des affaires.

Nous sommes témoins de la privatisation soutenue de la vente d’alcool, au vu des coûts pour le public venant d’un accès plus facile à l’alcool. Il nous suffit de regarder des provinces comme la Colombie-Britannique, qui sont encore plus loin sur le chemin de la privatisation, pour voir le nombre de décès et de dommages sociaux liés à l’alcool, ainsi que les coûts connexes auxquels on peut s’attendre.

Nous voyons aussi ce qui arrive aux services aux personnes atteintes d’un handicap de développement, où quatre années de travail ont mené au rapport de l’Ombudsman de l’Ontario sur le système de services aux personnes atteintes d'un handicap de développement « profondément défaillant » de la province. L’Ombudsman Dubé a dénoncé, plus particulièrement, la pratique qui consiste à placer des adultes ayant une déficience intellectuelle dans les hôpitaux et dans les prisons – une pratique qui contribue à la crise dans les services correctionnels et que le SEFPO condamne depuis des années, sans réponse du gouvernement.

Et nous voyons le secteur de la santé mentale, où les travailleurs des établissements construits par l’intermédiaire de partenariats public-privé (P3) paient le prix de mesures de sécurité insuffisantes, dans des endroits tels que le Centre de soins de santé mentale Waypoint. Les raccourcis qui ont été pris pour accroître les profits des entreprises privées entraînent des accidents du travail et mettent la sécurité des patients en danger.

Mais nous voyons aussi à travers la province un nombre croissant de gens qui résistent à ce programme de privatisation du gouvernement.

Dans le cas d’Hydro One, où des milliers de membres du public se joignent à des groupes comme Hydro One Pas à vendre et Keep Hydro Public (Gardons Hydro One publique) pour exiger que le gouvernement mette fin à la vente. Ces groupes mobilisent les gens – dont un bon nombre ne sont jamais descendus dans les rues auparavant – et obtiennent le soutien de centaines de conseils municipaux pour sauver ce service public essentiel.

Nous remarquons cette opposition de plus en plus évidente dans les consultations publiques sur l’Examen portant sur l’évolution des milieux de travail, dans lequel un résumé des recommandations démontre que de nombreux Ontariens en ont assez de ce paysage de travail qui force les gens à accepter des emplois précaires et voit de plus en plus de travailleurs se battre pour subvenir aux besoins de leurs familles.

Et nous le voyons chez les travailleurs membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP), qui se sont battus avec acharnement contre le programme d’austérité de leur employeur, Postes Canada, et qui continuent de se battre pour conserver leurs pensions pour tous les travailleurs, y compris ceux qui sont en début de carrière.

C’est à ces endroits, où l’on se tient les coudes contre le programme de privatisation du gouvernement, qu’on peut voir la force de la solidarité.  Cette volonté de faire front commun, de faire des sacrifices ensemble et de se battre les uns pour les autres, c’est ça qui fera la différence. La solidarité a toujours été et restera la véritable force des travailleurs de partout. Et c’est une force qu’aucune somme d’argent et que nul pouvoir politique ne peut égaler.

En Ontario, ces deux parties travaillent en même temps, l’une en faisant la promotion d’un programme de privatisation qui menace le secteur public que nous construisons ensemble, et l’autre en travaillant sur la solidarité des gens pour repousser de plus en plus ce programme. Tandis que les tensions augmentent, la question que pose cette chanson s’applique parfaitement à notre situation et en fait un défi pour chacun et chacune de nous : « Which Side Are You On? » ou, « De quel côté êtes-vous? ».

Cet automne, notre syndicat commencera à tisser ensemble les fils de la solidarité et de la résistance avec notre campagne Ça nous appartient!. Tandis que nous lançons notre campagne à travers l’Ontario, appelant à la solidarité de tous les travailleurs dans chaque coin de la province, nous demanderons à tous les Ontariens d’examiner ces deux parties et l'avenir qu’elles réservent à l’Ontario – l’une, un monde où seuls ceux qui ont de l'argent reçoivent les services dont ils ont besoin, et l’autre, un monde où chaque personne reçoit les services dont elle a besoin.

Et nous leur poserons la question des ouvriers miniers : « Which Side Are You On? » ou « De quel côté êtes-vous? ».

Solidairement,
Warren (Smokey) Thomas
Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario

Affichez tous les messages du président, de 2009 à aujourd'hui