Skip to content

Solidarité et victoire vont main dans la main!

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

C’est facile de se décourager lorsqu’on a un mauvais patron.

Que nous parlions de notre supérieur immédiat ou de Doug Ford, le patron des patrons, une attitude horrible peut être contagieuse et infecter le moral, la qualité du service et même la façon dont les travailleurs se traitent entre eux.

C’est logique quand on y pense. Quand on ne peut rien contre un mauvais patron, on reporte ses frustrations sur les gens qui travaillent à nos côtés.

Il est toutefois important de se rappeler que nos collègues ne sont pas la source de nos problèmes. En fait, ils peuvent être la solution, surtout s’ils sont ensemble dans un syndicat aussi puissant que le SEFPO.

À l’aube de 2020, j’entre dans ma troisième décennie à titre de président élu du SEFPO. Nos membres ont connu beaucoup de hauts et de bas durant ces années et mon expérience durement acquise m’a appris que cela ne sert à rien de gaspiller temps et énergie sur ce qui nous divise et qu’il est préférable de les garder pour nous battre contre les mauvais patrons que nous partageons.

Heureusement, le SEFPO ne tombe pas souvent dans ce piège. Il y est rarement tombé.

Je suis devenu membre dans les années 1970 et j’ai vu plusieurs présidents aller et venir. À la présidence, James Clancy a su m’inspirer avec son aptitude à nous rapprocher. Et il ne nous a pas simplement rapproché en tant que travailleurs, il nous a rapprochés en tant que citoyens, nous encourageant à considérer le public non seulement comme un groupe de clients à servir, mais comme un groupe d’alliés à mettre à contribution dans notre lutte pour améliorer les services que nous fournissons.

Et puis il y a eu Fred Upshaw, le premier Noir à être élu président d’un grand syndicat canadien. Sa victoire en disait long non seulement sur sa capacité à unir les travailleurs pour répondre au besoin d’égalité et de droits humains élémentaires, mais aussi sur l’esprit fondamental de justice et d’ouverture des membres du SEFPO eux-mêmes.

Les membres du SEFPO ont de nouveau affiché leur ouverture d’esprit en élisant Leah Casselman à la présidence en 1995, faisant d’elle une des premières femmes à diriger un syndicat en Ontario.

Si vous avez jamais douté qu’il y avait de la force dans la diversité, les victoires remportées par Leah devraient suffire à dissiper vos doutes.

Juste un an après son élection, Leah a réuni un groupe extrêmement divers de près de 60 000 membres de la Fonction publique de l’Ontario (FPO) pour résister aux coupures et à la cruauté du gouvernement Harris, les conduisant dans leur toute première grève.

Ce fut un événement marquant non seulement pour le SEFPO, mais aussi pour l’Ontario : un énorme élan de solidarité et de force sur les lignes de piquetage à l’échelle de la province.

Cela n’a pas été facile. Pour commencer, à l’époque, le SEFPO n’avait même pas de fonds de grève; l’opération était risquée. Aussi, de nombreux membres sur le piquet ont été victimes d’abus et même de violence. La brutalité policière a laissé des douzaines de grévistes blessés à Queen’s Park.

Mais Leah et les membres qu’elle dirigeait ont gagné, empêchant la perte d’emplois et de services.

Nous n’aurions pas pu remporter toutes ces victoires historiques et toutes les autres, petites et grandes, en mettant l’accent sur ce qui nous divise plutôt que sur nos points communs.

Et maintenant, notre point commun, c’est le pire des premiers ministres, notre pire patron, depuis Mike Harris, contre lequel Leah s’est opposée. Et si le SEFPO a pu infliger une défaite à Mike Harris sans fonds de grève, imaginez ce qu’il peut faire contre M. Ford.

Le SEFPO n’est pas parfait. Il ne l’a jamais été et il ne le sera jamais. Et nous ne devons jamais cesser d’essayer de rendre notre formidable syndicat plus juste, plus égalitaire et plus diversifié.

En même temps, notre histoire recèle une leçon à la fois simple et puissante, celle que nous pouvons tout accomplir en mettant nos différences de côté et en faisant front commun contre nos mauvais patrons.

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas
Président du SEFPO
@OPSEUSmokey
facebook.com/OPSEUSmokey

Affichez tous les messages du président : de 2009 à aujourd’hui