Skip to content
news_notices_french.jpg

La CSN réduit son personnel et ses services

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Chères amies, chers amis,

Bon nombre d’entre vous se posent des questions concernant la CSN et ce qui motive vraiment les raids qu’elle lance contre nous et d’autres syndicats.

Examinez les documents budgétaires de la CSN et la réponse devient amèrement évidente : elle perd des membres, elle perd des revenus et a recourt à des mesures désespérées.

En d’autres mots, elle ne se soucie pas des Services correctionnels – elle ne s’intéresse pas à vous – mais elle se soucie des cotisations que vous lui paierez.

(Et des cotisations qui seront beaucoup plus élevées que les cotisations que vous payez actuellement au SEFPO. Par exemple, les agents correctionnels fédéraux paient des cotisations à la CSN qui sont près de 50 pour cent plus élevées que celles du SEFPO.)

La situation est-elle si mauvaise que ça pour la CSN au Québec? Plus que mauvaise.

Elle a perdu plus de 22 000 membres au cours des dernières années, ce qui signifie qu’elle a perdu plus de 11 millions de dollars en revenus.

À cause de ces pertes, elle a été forcée de supprimer 22 postes au sein de son personnel syndical et à réduire considérablement ses dépenses pour les services aux membres, les services comme la santé et la sécurité, les services juridiques et le soutien aux campagnes.

Posez-vous cette question : comment la CSN peut-elle me procurer l’appui nécessaire pour la négociation et les griefs quand elle réduit son propre personnel?

Elle ne le peut pas.

Vous êtes bien trop intelligent pour sauter dans un bateau qui coule. Surtout quand ce saut signifie aussi que vous devrez supporter des années sans augmentations salariales et avec beaucoup moins d’argent au moment de prendre une retraite bien méritée.

Au SEFPO, vous êtes sur un terrain stable. Nos finances sont saines, le nombre de nos membres augmente plus rapidement que tout autre syndicat au pays et les travailleurs correctionnels ont déjà le droit légal de négocier leur propre convention collective.

Vous avez tout à perdre avec la CSN. Et tout à gagner avec le SEFPO.  Ne compromettez pas votre avenir, choisissez la pérennité. Nous avons parcouru un long chemin ensemble. Hier. Aujourd’hui. Demain.

En toute solidarité,

Warren (Smokey) Thomas
Président du SEFPO