Skip to content
pwc_opseu_french_banner.jpg

Journée internationale des femmes 2020

Journee internationale des femmes
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

La Journée internationale des femmes, que nous célébrons ce dimanche, représente l’occasion de réfléchir aux décennies de lutte des femmes pour obtenir une voix, des droits et l’égalité en matière de justice.

Les origines de la Journée internationale des femmes remontent à 1911. Cette année-là, un groupe de femmes manifestent pour demander à avoir leur mot à dire.

L’année 2020 marque également le 25e anniversaire de la Déclaration de Beijing, qui a été rédigée par les délégués à la quatrième Conférence mondiale sur les femmes, organisée en Chine en 1995. La Déclaration de Beijing, qui a été adoptée par l’Organisation des Nations Unies, stipule que : « Le renforcement du pouvoir d’action des femmes et leur pleine participation sur un pied d’égalité à tous les domaines de la vie sociale, y compris aux prises de décisions et leur accès au pouvoir, sont des conditions essentielles à l’égalité, au développement et à la paix. »

La Journée internationale des femmes est l’occasion de célébrer les progrès réalisés jusqu’à aujourd’hui, mais également de mettre en lumière le travail qui reste à faire.  En 2017, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, faisait remarquer que « les femmes et les filles voient leurs droits remis en question, limités ou réduits ». Il appelait à l’autonomisation des femmes et les encourageait à s’affirmer et à prendre le contrôle de leur vie et de l’avenir de notre monde.

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, se réjouit du travail que le syndicat a effectué pour promouvoir les droits des femmes et des progrès qui ont été réalisés au SEFPO.

« Je suis très fier du nombre de femmes qui sont montées au créneau et qui ont accédé à des postes de leadership au SEFPO », a déclaré le président Thomas. «  Le SEFPO compte, par exemple, six vice-présidentes régionales pour un seul vice-président régional.  Oui, il reste beaucoup de travail à faire, mais l’avenir est prometteur. »

« Notre syndicat est dirigé par ses membres et les femmes et leurs alliés coordonnent et soutiennent tous les efforts du SEFPO », a déclaré le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida. « Les femmes ont toujours été, et seront toujours, à l’avant-garde de toutes nos batailles et victoires. »

Eddy Almeida a souligné les nombreux défis qui restent à relever, tels que les fardeaux qui pèsent sur les femmes en plus de leur journée de travail, qui sont souvent la principale personne à procurer des soins à leurs familles et parents âgés.

Dianne Clarabut, présidente du Comité provincial des femmes, a déclaré qu’on célèbre cette année la Journée internationale des femmes en rendant hommage aux femmes qui ont surmonté la discrimination raciale et les préjugés sexistes pour réussir dans leur domaine respectif, ou comme certains disent « qui ont réussi à briser le plafond de verre ».

« Nous saluons la ténacité de Malala Yousafzai du Pakistan qui a combattu pour l’éducation des filles. Et nous saluons Sahle-Work Zewde, la première femme élue présidente de l’Éthiopie – la seule femme parmi les 54 dirigeants du continent africain. » 

Dianne Clarabut a déclaré que nombre de femmes ont été des pionnières au Canada, comme Elsie Knott, la première femme à occuper le poste de chef d’une Première Nation en 1952, et qui a joué un rôle primordial pour faire avancer la cause des femmes autochtones au pays.

Nous pouvons également rendre hommage à Angela James, une athlète ouvertement lesbienne et la deuxième athlète noire à être intronisée au Temple de la renommée du hockey en 2010. Et qui peut oublier Jean Augustine, qui a réduit la fracture raciale et brisé le plafond de verre en devenant la première femme noire à être élue à la Chambre des communes en 1993.

« À l’occasion de la Journée internationale des femmes, nous encourageons tout le monde à prendre un peu de temps afin de réfléchir aux progrès qui ont été réalisés par les femmes et au chemin qu’il nous reste encore à parcourir », a conclu le président Thomas. « Ensemble, avec nos alliés, ce qui semblait autrefois impossible est aujourd’hui tout à fait possible. »