Skip to content

Le SEFPO, les écologistes se réjouissent que Nestlé vende ses activités d’eau embouteillée

water is life.jpg
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les écologistes de toute la province, ainsi que le SEFPO et le Cercle des Autochtones du SEFPO se réjouissent que la multinationale Nestlé ait annoncé la vente de ses activités canadiennes d’eau embouteillée.

« L’eau ne devrait pas servir à faire des profits. Comme le disent les membres du Cercle des Autochtones du SEFPO, “l’eau, c’est la vie” », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Je suis heureux d’apprendre que nous avons contribué à pousser Nestlé à abandonner les profits qu’elle réalisait en vendant de l’eau. Mais nous devons rester vigilants : une autre entreprise se précipite pour prendre le relais de Nestlé. »

Depuis des années, les membres du SEFPO se joignent à des groupes environnementaux locaux partout en Ontario – notamment les Wellington Water Watchers – pour condamner Nestlé qui achète de l’eau pour presque rien puis la revend dans des bouteilles nocives pour l’environnement en réalisant une marge énorme.

Le SEFPO appuie les campagnes des Water Watchers depuis plusieurs années. En 2017, le Cercle des Autochtones du SEFPO avait organisé un Symposium « L’eau, c’est la vie » pour dénoncer les dommages causés par la privatisation de l’eau, comme ceux causés par Nestlé.

« On devrait considérer l’eau comme l’air – et comme un droit humain fondamental », a déclaré le président Thomas lors du symposium. « L’eau ne devrait jamais être vendue pour faire des profits, mais des systèmes d’eau sont privatisés dans le monde entier pour générer des profits au lieu d’être destinés au population. »

« Quand on voit comment l’avidité des entreprises sépare les gens entre ceux qui peuvent se permettre de payer une bouteille d’eau et ceux qui ne le peuvent pas, nous avons l’obligation morale de dire : “Nous devons arrêter ça. Nous devons revenir à quelque chose de sain” », a déclaré Karl Flecker, participant au symposium et militant des droits de la personne.

« Il est important de se joindre à la lutte contre la privatisation de l’eau », a déclaré l’un des organisateurs du symposium, Crystal Sinclair, membre du Cercle des Autochtones du SEFPO. « Il est urgent de protéger l’eau – c’est notre ressource la plus précieuse. »