Skip to content
pensions_and_benefits-fr-page-banner.jpg

Le SEFPO conteste les modifications « anti-démocratiques » d'OMERS

Le SEFPO conteste les modifications « anti-démocratiques » d'OMERS

omers-logo-featured-image.jpg
omers-logo-featured-image.jpg
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le Conseil d’administration de la Société de promotion d’OMERS a procédé à la hâte à des modifications de ses règlements de gouvernance qui nuiront à la pleine participation des représentants des travailleurs.

Lors de sa réunion du 14 novembre, le conseil a adopté précipitamment des modifications sans tenir compte de la requête de tous les organismes promoteurs des employés qui demandaient plus de temps pour recueillir tous les faits et examiner les modifications – le conseil n’avait pas fourni le libellé exhaustif de toutes ces modifications.

Le conseil a éliminé l’exigence d’égalité de représentation employeur-employé concernant plusieurs comités, notamment des comités chargés de la vérification, de la gouvernance d’entreprise, des ressources humaines et de la rémunération, de la conception du régime et de la surveillance des risques. 

Le conseil a également forcé l’adoption d’une disposition de confidentialité qui lui permet de statuer que toutes les informations sont confidentielles et de décider quelles informations il souhaite partager avec les promoteurs.

Cela signifie que les groupes d’employés peuvent être pratiquement exclus des futurs changements ou votes qui concernent des problèmes importants tels que la conception du régime, les changements des taux de cotisation ou la réduction des prestations. 

De ce fait les groupes d’employés auront beaucoup moins de possibilités de soulever leurs motifs de préoccupation au nom de leurs membres.

Plusieurs modifications menaçaient de retirer le droit aux promoteurs des employés de nommer et de révoquer leur représentant, mais ces modifications proposées ont été modifiées sous la pression des groupes d’employés.  Le nouveau libellé contient cependant des barrières qui ralentiront la nomination (et la révocation) des représentants.  Il s’agit d’une autre tentative visant à restreindre la participation des promoteurs et le contrôle qu’ils exercent sur les pensions de leurs membres.

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a déclaré que le SEFPO examine ses options juridiques et déterminera une réponse appropriée. 

« Faire adopter des modifications sans consultation est inacceptable et le SEFPO ne le tolèrera pas », a déclaré le président Thomas. 

« Cette approche anti-démocratique ne marche pas pour Doug Ford et elle ne marchera pas pour OMERS. »