Skip to content
news_announcements_french.jpg

Le SEFPO protège les emplois de ses membres contractuels et saisonniers à la FPO

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le SEFPO et le gouvernement de l’Ontario ont signé un protocole d’entente qui protège les emplois et les salaires des travailleurs contractuels et saisonniers pendant la pandémie de COVID-19. Il leur permet également d’être réaffectés à d’autres postes du secteur public.

Le protocole d’entente est rétroactif au 6 avril 2020 et en vigueur jusqu’au 31 mai, avec possibilité de prolongation. Il couvre les employés contractuels (ou à durée déterminée) de la fonction publique dont les heures de travail ont été réduites ou affectées d’une autre manière par la pandémie, parce que le travail qu’ils accomplissaient n’existe plus ou ne peut pas être effectué à la maison. Il couvre également les travailleurs saisonniers, tels que ceux qui sont appelés à travailler dans les parcs de l’Ontario.

L’accord garantit que ces travailleurs ne seront pas pénalisés en termes du salaire qu’ils auraient reçu comme si leur emploi n’avait pas été touché par la pandémie.

Le protocole d’entente permet également le redéploiement des travailleurs contractuels et saisonniers à d’autres postes dans la fonction publique de l’Ontario et le secteur parapublic, où ils continueront à recevoir leurs salaires et avantages sociaux. Si le poste dans lequel ils sont réaffectés est admissible à la prime de 4 $/heure et au paiement forfaitaire mensuel de 250 $ liés à la pandémie, ils en bénéficieront également. Ils recevront toute la formation et l’équipement de protection individuelle requis.

Les employés contractuels ne sont pas dans l’obligation d’accepter un redéploiement. S’ils refusent un redéploiement qu’on leur a proposé, ils peuvent choisir d’être mis à pied pour recevoir l’aide gouvernementale et retourner au travail à la fin du confinement.

« Cet exemple illustre parfaitement comment un syndicat et un employeur peuvent travailler ensemble pour protéger les travailleurs et leurs familles et maintenir les services publics essentiels là où on a le plus besoin », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Nos membres à durée déterminée et saisonniers de la FPO ne seront pas mis au chômage forcé ni moins payés, à moins qu’ils ne le choisissent. C’est une grande victoire pour les travailleurs et la population de cette province. »

Le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, a salué l’esprit de collaboration qui a permis de parvenir à ce protocole d’entente. « Dans des moments comme celui-ci, il n’y a plus de “eux ou nous” – c’est tout simplement “nous” », a-t-il ajouté. « Le syndicat a estimé qu’il était urgent de protéger les moyens de subsistance des membres les plus vulnérables de la FPO, tout en faisant en sorte que le gouvernement puisse tirer parti de leurs compétences là où elles sont le plus nécessaires. »

« C’est de ce genre de modèle de pensée, constructif et progressiste, dont nous avons besoin – pas seulement maintenant, mais toujours. »