Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le personnel et les jeunes dans les centres de détention pourraient contracter le virus de la COVID-19

Toronto – Le SEFPO est fortement préoccupé par le fait que six centres de détention de jeunes dirigés par le gouvernement de l’Ontario se sont vu refuser la possibilité d’isoler les nouveaux arrivants ou de les tester pour la COVID-19.

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, a dit que c’était dur à croire que le ministère des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires puisse résister ainsi à des mesures de sécurité aussi importantes à ce stade avancé de la pandémie.

« Cette pandémie dure depuis quatre mois. Plus de 2 600 personnes ont perdu la vie en Ontario seulement. Les cas de COVID-19 augmentent chez les jeunes. Que faudra-t-il qu’il se produise pour que ce ministère prenne les mesures nécessaires pour protéger nos jeunes et les travailleurs qui en prennent soin? D’autres vies perdues? »

Le SEFPO représente les travailleurs qui surveillent les jeunes qui purgent une peine ou qui font l’objet d’une ordonnance de détention provisoire en attendant leur procès. Cela fait des semaines que le syndicat demande aux fonctionnaires du ministère d’autoriser les tests de dépistage.

« Nos membres ont suggéré plusieurs options pour limiter le risque que la COVID-19 entre dans une de nos installations, et nous avons offert à l’employeur de travailler avec lui pour développer un protocole », a déclaré Tom Gibson, co-président du Comité sur la santé et la sécurité de la Division des services de justice pour la jeunesse. « Malheureusement, cela fait plus d’un mois qu’on attend une réponse de l’employeur. »

En revanche, les établissements correctionnels pour adultes de la province, ainsi que de nombreux établissements pour les jeunes privés, bénéficiant de paiements de transfert, ont recours à toutes les protections nécessaires et mettent en quarantaine tous les nouveaux arrivants depuis de nombreuses semaines.

Monsieur Gibson affirme que les établissements pour jeunes rencontrent les mêmes difficultés que les établissements pour adultes en ce qui concerne la mise en place de la règle sur la distanciation sociale. Il dit qu’il y a des rapports alarmants d’augmentation des cas de positivité au virus de la COVID-19 chez les jeunes.

« Il est essentiel de prévenir la maladie au point d’admission. Nos travailleurs sont confrontés aux mêmes dilemmes qui ont conduit à de nombreuses éclosions dans les établissements de soins de longue durée. Pratiquer la politique de l’autruche ne les fera pas disparaître. »

Selon le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, lui-même agent correctionnel, le ministre Tom Smith doit intervenir avec ses fonctionnaires pour faire en sorte que la sécurité passe avant tout. »

« Monsieur Smith, vos travailleurs du système de justice pour les jeunes implorent les cadres du ministère de cesser de jouer avec la vie du personnel et des jeunes vulnérables », a déclaré M. Almeida. Il est temps de mettre en place des protocoles de dépistage et d’isolation dans tous les établissements pour les jeunes. Avant qu’il ne soit trop tard. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931