Skip to content

Éditorial du Toronto Sun : La pandémie nous apprend à surmonter nos difficultés ensemble

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas with Toronto Sun logo
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Dans un éditorial du Toronto Sun, le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a déclaré que la pandémie nous avait appris que « nous devons détacher la notion de profits de la prestation des services essentiels et vitaux ».

« La tragédie des soins de longue durée nous l’a tristement fait comprendre », a-t-il écrit.

Voici le texte intégral de l’éditorial du président Thomas (traduction de l’article paru dans le Sun) :

 

La pandémie nous apprend à surmonter nos difficultés ensemble

Warren (Smokey) Thomas

La pandémie de COVID-19 nous a beaucoup appris.

Certaines leçons nous ont surpris le dos au mur, sans avertissement aucun, avec des problèmes immédiats, alors que d’autres nous ont enseigné des réalités plus sérieuses.

Nous avons appris que tout ce qui nous tient à cœur ne peut être tenu pour acquis.

Nous avons appris que sans la santé nous ne sommes rien. Que notre économie et notre santé sont indissociables. Et que nous sommes tous véritablement concernés.

Nous avons appris que le confinement n’est pas une chose facile et que les libertés fondamentales que nous exerçons nonchalamment peuvent disparaître temporairement, voire même de façon permanente. Et que les coutumes et les traditions peuvent être modifiées.

La pandémie nous a également fait comprendre la nécessité de développer une stratégie industrielle moderne liée à la notion que les services publics doivent exister pour le peuple plutôt que pour des profiteurs. Et que le gouvernement a un rôle à jouer dans notre vie quotidienne.

Je suis d’accord avec des dirigeants comme le premier ministre Doug Ford et le président d’UNIFOR, Jerry Dias. Nous devons fabriquer davantage de choses en Ontario. Nous avons l’infrastructure. Nous avons les gens et nous avons les services publics nécessaires à l’expansion de l’industrie manufacturière.

Et nous devons détacher la notion de profits de la prestation des services essentiels et vitaux. La tragédie des soins de longue durée nous l’a tristement fait comprendre.

Et en parlant de traditions qui ont besoin de changer, les secteurs public et privé doivent travailler en collaboration plutôt qu’en concurrence. Il est temps d’aller de l’avant ensemble, avec le secteur privé contribuant ce en quoi il excelle, soit créer de la richesse et des débouchés, et le secteur public soutenant ces activités en veillant à notre sécurité et à notre santé.

Nous avons rencontré de nombreux héros dans cette crise.

Les commis des magasins de détail, les infirmières, les chauffeurs de camion, les médecins, le personnel des services correctionnels, pour n’en nommer que quelques-uns, tous figurant dans la même phrase à titre de travailleurs essentiels à la survie de nos communautés.

Et maintenant, tandis que nous sortons tous gentiment la tête de la crise, je demande au gouvernement et au monde des affaires d’adopter une vision à long terme.

Arrêtons de sabrer les budgets. Mettons fin aux réductions. Ne parlons plus d’austérité budgétaire.

Je vais demander qu’on investisse dans les premières lignes, toujours conscients du fait que les dollars investis dans les services publics sont réinvestis dans nos communautés et dans l’économie pour aider le secteur privé à redémarrer.

Oui, la COVID-19 a mis à nu les failles de notre société. Mais elle nous a également montré les grandes choses que nous pouvons accomplir en unissant nos efforts.

À bien des égards, nos premiers ministres Ford et Trudeau ont tracé la voie et donné l’exemple de ce qui peut être fait lorsque nous rengainons nos armes et travaillons ensemble.

Nous avons beaucoup de travail à accomplir. Nous aurons des obstacles à surmonter.

Mais ensemble, nous renaîtrons de nos cendres. Attristés. Contrits.

Mais bien mieux préparés à la prochaine crise.

Ensemble, mes amis. Ensemble.

– Monsieur Thomas est le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario