Skip to content
news_announcements_french.jpg

L'holocauste, une leçon terrible que nous devons tous et toutes retenir

Burning memorial candles
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le 27 janvier de chaque année, le monde s’arrête pour observer la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste et réfléchir à l’horreur indescriptible d’un des événements les plus sombres de l’histoire humaine.

C’est le 27 janvier 1945 que les troupes soviétiques libérèrent les survivants d’Auschwitz-Birkenau, un camp nazi en Pologne occupée, et découvrirent plusieurs milliers de personnes, pour la plupart des Juifs, mourant de faim, de maladies et d’épuisement. Les soldats trouvèrent ensuite les chambres à gaz et les fours qui avaient fait d’Auschwitz le plus grand camp d’extermination nazi.

On estime que l’Holocauste a fait quelque 11 millions de victimes. C’est plus que tous les membres des forces armées qui ont perdu la vie pendant la Première Guerre mondiale.

Près de 75 ans plus tard, la majorité des acteurs de cet affreux épisode de l’histoire nous ont quittés. Et pourtant, nous continuons de nous souvenir de l’Holocauste et d’y réfléchir. Pourquoi?

L’Holocauste ne s’est pas produit du jour au lendemain. Une série d’actes et de mesures au fil des ans ont jeté les bases de cet acte suprême de brutalité. Une fois l’Holocauste lancé, ceux et celles qui était au courant soit s’en moquaient, ne savaient que faire à ce propos ou avaient trop peur pour parler.

Le SEFPO se soucie profondément des victimes de l’Holocauste et de leurs familles, et nous continuerons d’en parler haut et fort, partout et chaque fois que nous serons témoins d’une injustice. Nous devons faire constamment preuve de vigilance. Nous devons condamner toute action susceptible de conduire à de telles atrocités. Nous ne pouvons rester là, silencieux et sans bouger, tandis qu’une série d’actes et de mesures atroces se produisent. Nous devons nous faire entendre dès que nous remarquons une injustice. Un mensonge. Une perfidie. Tant que nous sommes là, nous ne pouvons permettre qu’un autre Holocauste se produise. Ainsi, en ce 27 janvier, nous nous unissons avec les citoyens, les organisations et les nations du monde entier dans le souvenir de l’Holocauste, pour pleurer les millions de personnes que nous avons perdues et pour promettre d’une seule voix : « Jamais plus! »