Skip to content

Congrès 2012 : un baptême du feu

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

On se souviendra du Congrès 2012 comme du plus mémorable de notre riche histoire. Il fallait bien s'y attendre. Une proposition d'augmentation des cotisations dans un tel climat économique ne pouvait manquer d'y contribuer.

Et c'était exactement ce dont notre syndicat avait besoin.

Un débat passionné. Un échange d'idées. Un conflit de philosophies. Mais en fin de compte, c'est l'unité et l'entente qui ont prévalu. L'ennemi n'était pas dans l'enceinte du Congrès. Le programme de l'élite du monde des affaires, qui menace notre existence même, demeure l'ennemi numéro un des travailleurs.

Le congrès fournit une plateforme favorable sur le plan démocratique. C'est notre organe d'exécution suprême. Tandis que la majorité de cette délégation approuvait la recommandation du Conseil exécutif relativement à une augmentation des cotisations à court terme, la résolution n'a pas reçu la majorité des 2/3 exigée par nos Statuts.

Je respecte et apprécie profondément ces délégués qui ont su collaborer avec respect et sérieux pour réaliser l'unité plutôt que la discorde. Toutefois, à ce jour, je reste étonné de voir que ceux qui prétendaient avoir toutes les réponses n'ont pas su répondre à la question. En les circonstances, la question était la suivante : Où sont les économies promises? Ce qui est arrivé est ce que beaucoup d'entre nous avaient prévu. Les « économies » ont été réalisées aux dépens de la formation des membres, de l'équité et du financement des activistes.

Permettez-moi de rétablir les faits. Le SEFPO n'est pas sans le sou, ni en péril financier. Nous avons un bilan extrêmement robuste…qui suscite l'envie de bien des gens. Le SEFPO ne gaspille pas vos cotisations. Ma revue exhaustive a démontré que nous pouvions être une machine de combat efficace et efficiente s'il le faut.

La situation de découvert du SEFPO (marge de crédit) n'est pas un phénomène nouveau. Cela fait dix ans ou plus que nous touchons le plafond de notre marge de crédit. Lutter pour la justice et des services publics de qualité coûte cher. Néanmoins, nous frappons bien plus fort que notre poids financier devant le tribunal de l'opinion publique. Et nous continuerons de le faire.

L'augmentation temporaire des cotisations nous aurait permis d'économiser des intérêts sur la marge de crédit. Elle nous aurait donné un peu plus de jeu pour nous engager dans la bataille qui nous attend. Mais les temps sont durs et, au nom du Conseil exécutif, je comprends que nous ayons dû trouver les moyens de faire mieux. Et ensemble, nous y sommes parvenus.

Les intérêts et dividendes de notre fonds de grève d'environ 60 millions de dollars appuieront notre campagne de riposte. Ces fonds nous fourniront les ressources nécessaires pour poursuivre notre campagne pour des services publics de qualité et l'équité fiscale. Le message est clair, comme toujours, les membres du SEFPO passent en premier. Nous faisons plus que le nécessaire. Nous devenons de plus en plus souvent la voix de la classe moyenne en difficulté. Notre position sera bénéfique à long terme, au fur et à mesure de la croissance de notre syndicat, tant en nombres qu'en ressources.

Avec une élection provinciale temporairement évitée, nous devons nous concentrer sur les défis qu'il nous faudra relever. Avec plus de 200 contrats à négocier (y compris pour le personnel scolaire des CAAT et la FPO), nous puiserons dans toute notre force et notre expertise.

Je tiens à remercier publiquement mon frère Smokey de son soutien sur tous les fronts à mon rôle de premier vice-président/trésorier. Je tiens aussi à le féliciter de son excellent travail à une époque qui ressort davantage d'un cauchemar du Code de règles de procédure Robert.

Nous devons aussi remercier les membres du Conseil, qui ont travaillé avec acharnement pendant les négociations budgétaires et contribué tout ce qu'ils pouvaient à ces décisions difficiles.

Un gros merci aux délégués du Congrès et à toutes les autres personnes qui ont participé. Ce sont les délégués et participants au Congrès, ainsi que nos membres, chez eux et aux premières lignes, qui nous donnent la force de continuer.

Ce dont je suis certain, c'est que les membres du SEFPO se rassembleront et présenteront un front uni comme on en n'a jamais vu auparavant.

Et nous le ferons dans les paramètres mêmes établis par le Congrès. J'appliquerai l'orientation définie au Congrès. Je m'y engage. Unis, nous gagnons toujours!

Solidairement,

Eduardo (Eddy) Almeida
Premier vice-président/trésorier

Tous les messages du vice-président/trésorier de 2011 à aujourd'hui