Skip to content

Humanité et décence

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Chers amis,

Mon dernier blogue, intitulé « Plus que jamais, cultivons la courtoisie » a, et c’est le moins qu’on puisse dire, très bien été reçu. Je n’ai jamais reçu une telle réponse positive à mes écrits.

Malheureusement, tout le monde n’était pas d’accord.

La semaine dernière, notre président, mon ami, a perdu sa mère. Quiconque a passé par ça sait combien il est difficile de perdre la femme qui vous a donné la vie. Ça fait mal de partout.

Ainsi, qu’a fait son petit groupe d'opposants politiques?

Ils ont fait équipe avec l’éditorialiste du Toronto Star, Martin Regg Cohn, pour ressasser la même histoire usée et viciée qu’ils racontent depuis le dernier Congrès du SEFPO… soit que Smokey et le SEFPO auraient quelque chose à se reprocher.

Pas ont quelque chose à se reprocher, mais auraient quelque chose à se reprocher.

C’est une vieille ruse conçue pour mettre votre adversaire sur la défensive.

C’est comme si un reporter me demandait, « Monsieur Almeida, avez-vous appuyé Kathleen Wynne et ses libéraux dans les dernières élections? » À quelle question, je répondrais immédiatement « Non, bien sûr que non. ». » La manchette suivant cette « discussion »? « Le premier vice-président/trésorier du SEFPO nie avoir soutenu les libéraux aux dernières élections. »

C’est le stratagème commun d'un média dont l'action ordinaire à la bourse vaut désormais moins que son numéro du samedi.

Quoi qu’il en soit, toutes ces allégations seront débattues dans le forum approprié le moment venu.

Je sais ce à quoi ressemblent les attaques politiques. J’en ai moi-même été la cible à quelques reprises. Paraît-il que c’est inévitable. Mais dans ce cas particulier, l’humanité et la décence auraient dû triompher.

Même du point de vue le plus cynique, cette attaque aurait pu être lancée cette semaine, une semaine après le décès de Marie Thomas. Elle aurait pu avoir plus d’impact juste avant les réunions régionales du SEFPO, qui ont lieu ce weekend, tandis que les délégués du SEFPO élisent les membres de leur Conseil exécutif pour un mandat de deux ans.

Ça nous aurait donné moins de temps pour contester ces absurdités.

De son côté, la présidente du syndicat du personnel de première ligne du SEFPO, OPSSU, ainsi qu’un certain dirigeant de notre division du personnel scolaire des CAAT, mijotaient leur propre coup.

Ils ont profité de ces instants de faiblesse pour taper plus fort. Notre vieil ami du Star a évidemment tout de suite profité de l’occasion pour sortir sa plus belle plume.

Mais ça ne marchera pas, et ce, pour deux raisons.

Premièrement, les membres du SEFPO détestent ce genre de tactique, parce que nous ne sommes pas haineux; nous aidons les gens, nous ne leur voulons pas de mal.

Deuxièmement, notre président, mon ami, ne se laisse pas défaire si facilement. Ayant déjà reçu des centaines de messages de soutien, Smokey est prêt à se battre. C’est juste qui il est. Il dirige également du cœur et de l’esprit. C'est pourquoi c'est le dirigeant syndical le plus visible et le plus influent au pays. C’est pourquoi j’en suis venu à l’admirer et à le respecter.

Et c’est pourquoi on s’en sert comme cible.

Mes amis, je conclus en offrant mes meilleurs vœux à toutes les personnes qui se sont portées candidates aux élections qui ont lieu cette semaine.

Si je peux me permettre de vous donner un conseil, c’est celui-ci : portez-vous candidat pour quelque chose plutôt que contre quelqu’un ou quelque chose. C’est toujours plus facile de jeter des pierres que de jeter les bases de quelque chose d’important.

Je vous demande de poser vos pierres et de prendre une pelle. Ensemble, nous construirons quelque chose de vraiment formidable.

Solidairement,

Eduardo (Eddy) Almeida
Premier vice-président/trésorier, SEFPO