Fête du Travail : une journée pour souligner la contribution des travailleurs et pour les écouter

Photo of Eddy Almeida
Facebook
Twitter
Email

Nous avons participé aux défilés, nous avons assisté aux pique-niques et nous avons apprécié une journée de congé avec nos familles et nos amis. Le premier lundi du mois de septembre de chaque année, nous célébrons les accomplissements des travailleurs et le puissant mouvement que nous avons construit.

Et bien qu’il y ait beaucoup à célébrer cette année à l’occasion de la fête du Travail, y compris la résilience et le dévouement des travailleurs de première ligne, qui ont permis à l’Ontario de faire face au danger, cette année est aussi différente.

Souligner la contribution des travailleurs ne suffit pas; il est temps pour le gouvernement de nous faire une place à la table et de nous écouter, et je veux dire de vraiment nous écouter.

L’avenir de notre pays dépend des travailleurs, dont les milliers de membres de l’OPSEU/SEFPO qui ont héroïquement servi aux premières lignes de la pandémie. Ils ont enduré de nombreux sacrifices, ils ont fait leurs preuves et, aujourd’hui, ils veulent en parler.

Pour atteindre de nouveaux sommets et réaliser de nouveaux gains dans l’après-pandémie, nous devons continuer de renforcer la solidarité, et les personnes au pouvoir doivent continuer d’écouter attentivement.

Nous avons accompli de grandes choses au sein de notre famille syndicale, accueillant des milliers de nouveaux membres, pour leur donner la protection syndicale nécessaire en cette période extrêmement éprouvante.

Nous avons continué d’investir dans nos membres et dans notre syndicat en acquérant de nouvelles propriétés, sans nous endetter davantage. Nos nouvelles propriétés de Sudbury et Haliburton ne sont pas seulement des actifs pour le fonds de grève, elles soutiendront aussi le travail de notre syndicat et de ses membres pendant de nombreuses années à venir.

Nous menons fermement notre barque à l’OPSEU/SEFPO et ça nous donne une dose supplémentaire de crédibilité lorsque nous présentons les solutions des membres des premières lignes aux dirigeants en place. Aucun dirigeant politique ou employeur ne peut prétendre que nous ne sommes que de beaux parleurs. Nous joignons le geste à la parole.

C’est ainsi que nous avons réalisé bon nombre des gains que méritent les travailleurs.

Durant l’année écoulée, nous avons travaillé avec le gouvernement pour prendre de nombreux bons départs, pour améliorer la santé et la sécurité au travail et pour augmenter le financement des soins de la santé, services correctionnels, collèges publics et plus encore.

Et en dépit du climat de négociation tendu créé par le projet de loi 124 et son plafond salarial inconstitutionnel, nous avons également négocié de bons contrats pour nos membres de la LBED et pour nos membres du personnel de soutien à temps partiel des collèges. Nous continuerons de soutenir nos membres en négociant des contrats à la FPO, dans les services correctionnels et pour le personnel scolaire des collèges.

Malgré tous ces accomplissements, la crise de la COVID doit nous permettre d’apporter des changements encore plus importants et plus audacieux, afin de faire évoluer notre mode de pensée au-delà de la relance pour aller vers la prospérité à long terme. C’est ce dont notre province a besoin, et les Ontariens en conviennent.

Il n’est pas surprenant que durant la pandémie, l’appui du public et la solidarité avec les travailleurs de première ligne aient atteint leur apogée. Aujourd’hui, nous devons transformer cette solidarité pandémique en une solidarité permanente, en continuant de promouvoir l’unité.

C’est pourquoi notre syndicat a établi un plan pour « reconstruire en mieux » doté de cinq principes clés, soit l’investissement pour élargir la capacité de nos hôpitaux et établissements de soins de longue durée, le respect des travailleurs, la protection des services et ressources publics, l’élargissement des services publics et, au cœur de tout cela, être à l’écoute des travailleurs.

Tout au long de l’histoire, des changements positifs se sont produits lorsque les travailleurs les ont demandés, allant de la semaine de travail plus courte à l’assurance-emploi, en passant par la sécurité de la vieillesse et les prestations parentales. Tandis que nous nous frayons un chemin dans le monde post-pandémique, nous pouvons être certains que les travailleurs de première ligne possèdent l’expertise et les idées nécessaires pour construire un Ontario meilleur et plus fort, et ils méritent une place à la table de planification.

Parce que lorsque les travailleurs ont vraiment voix au chapitre, de grandes choses se réalisent.

À l’occasion de la fête du Travail, célébrons la solidarité de notre passé, de notre présent et de notre avenir, tout en faisant pression pour des changements importants et audacieux.

Solidairement,

Eduardo (Eddy) Almeida
Premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO
@OPSEUEddy
facebook.com/OPSEUEddy 

Affichez tous les messages du vice-président, de 2014 à aujourd’hui

Messages récents