Skip to content

Les leçons de l'Alberta

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Chers amis, chères amies,

Nous pouvons tous tirer des leçons importantes de la catastrophe qui a frappé l’Alberta dernièrement.

Le feu de Fort McMurray est un désastre national : il a forcé l’évacuation de 80 000 personnes et détruit pas moins de 1 600 maisons. Selon certaines estimations, les dommages à la propriété pourraient s'élever à neuf milliards de dollars.

Les ravages causés par l'incendie sont terribles, mais les Canadiens ont fait preuve d’une immense générosité. D’un bout à l’autre de l’Alberta, des gens ont ouvert leurs portes aux réfugiés. D’un bout à l’autre du pays, des gens ont ouvert leur portefeuille. Aux dernières nouvelles, l’élan de solidarité des Canadiens pour venir en aide aux sinistrés de Fort McMurray a franchi les 54 millions de dollars en dons.

Quelle leçon devons-nous en tirer? Cette tragédie nous montre que les Canadiens se soucient encore du sort des autres, bien plus qu’ils se soucient des biens matériels. Et je ne veux pas dire qu'ils se soucient seulement du sort de leurs proches. Ils se soucient également de leurs communautés, même s’ils ne connaissent pas les personnes qui les habitent. Qui plus est, leur idée de la communauté va bien au-delà de l’endroit où ils vivent. Pour eux, la communauté s'étend au-delà des frontières. Je dirai même qu’ils ont une idée planétaire de la communauté.

Parce que c’est leur planète, et parce qu’ils font partie de la même communauté. En ces temps difficiles, c'est réconfortant de le rappeler.

Avant le déclenchement du feu de Fort McMurray, l'Alberta nous a enseigné une autre leçon. Cette fois, la leçon provient du gouvernement NPD de l’Alberta.

Le 27 avril, la province a annoncé qu'elle ne construirait plus de nouvelles infrastructures publiques à l'aide de partenariats public-privé (P3).

Il ne s’agit pas d’une mince affaire. L'Alberta prévoit de dépenser 34 milliards de dollars dans les écoles, les transports en commun, les hôpitaux et d'autres infrastructures publiques au cours des cinq prochaines années. En se fondant sur l'expérience de l'Ontario avec les P3, le gouvernement de l'Alberta devrait économiser des milliards de dollars en abandonnant les P3.

Il y a un an et demi, la vérificatrice générale de l'Ontario, Bonnie Lysyk, a calculé que les Ontariennes et Ontariens avaient payé huit milliards de dollars de trop parce que la province avait engagé des grandes sociétés pour gérer et financer de nouveaux projets d’infrastructure publics par l’entremise des P3. C'est la somme que nous aurions épargnée, a déclaré Mme Lysyk, si on avait conservé les méthodes d'approvisionnement classiques. Avec la bonne vieille méthode classique, les employés de la fonction publique étaient chargés de gérer les contrats et le gouvernement finançait les projets avec des obligations d'État à faible taux d'intérêt. C’est une méthode qui a bien fonctionné pendant plusieurs siècles.

Mais l’adoption des partenariats public-privé a mis le feu aux deniers publics. Pour faire une comparaison, le montant d'argent que l’Ontario a gaspillé avec les P3 est équivalent à la facture de l’incendie de Fort McMurray.

Ainsi l'Alberta nous donne une autre leçon importante : nous n'avons pas besoin des P3. Nous n'avons pas besoin de faire don de nos deniers publics durement gagnés aux avocats de société, banques et entreprises de construction qui contrôlent le secteur des P3.

Il y a de meilleures façons de dépenser cet argent.  On peut le dépenser pour créer de bons emplois bien rémunérés. On peut le dépenser pour financer les services publics dont la population a besoin. On peut le dépenser pour aider les familles et communautés.

Dans les mois à venir, le SEFPO lancera une vaste campagne visant à convaincre l'Ontario de remettre de l'ordre dans ses priorités. Nous lutterons pour créer de bons emplois et défendre de bons services publics. Nous lutterons pour remettre l'Ontario entre les mains des Ontariens et Ontariennes.

Parce que c’est leur province, et parce qu’ils font partie de la même communauté.

En solidarité,

Eduardo (Eddy) Almeida
Premier vice-président /trésorier, Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario

P.-S. – La semaine dernière, le Conseil exécutif du SEFPO a voté pour faire un don de 50 000 $ à la Croix-Rouge canadienne afin de venir en aide aux sinistrés de Fort McMurray. Veuillez faire un don si vous le pouvez. Si vous l'avez déjà fait, merci!

Afficher tous les messages du Vice-président : de 2011 à aujourd’hui