Skip to content

D'hommes riches et de services publics

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Chers amis,

C'est à nouveau l'heure du budget provincial!

C’est un rituel : Chaque année, un comité législatif tient des audiences publiques pour demander aux gens ce qu’ils veulent voir dans le prochain budget. Après ça, les libéraux ignorent les conseils donnés et font exactement ce qu’ils avaient l’intention de faire avant cela.

Depuis 2010, ce qu’ils ont fait consiste à réduire le déficit. Ils l’ont fait en s’attaquant aux salaires et aux avantages sociaux des employés de la fonction publique. Ils l’ont fait en réduisant les services publics dont nous dépendons tous et toutes.

Année après année après année.

Les libéraux disent qu’il n’y a pas d'argent pour les salaires. Les libéraux disent qu’il n’y a pas d’argent pour les services publics. Les libéraux disent que nous sommes fauchés.

C’est exactement la même chose que les politiciens du monde entier nous racontent depuis la dernière récession. Et ce sont des bobards.

Ce mois-ci, un nouveau rapport d’OXFAM révèle que seuls huit hommes détiennent autant de richesses que la moitié la plus pauvre de la population mondiale. Oui, vous avez bien compris, les richesses de la moitié la plus pauvre de la population mondiale correspondent à la fortune cumulée des huit personnes les plus riches de la planète.

Il est difficile de savoir quoi dire. C'est indécent, c'est sûr. Plus de 10 pour cent de la population mondiale vivent avec moins de 2 dollars américains par jour. Ils luttent pour nourrir leurs familles. Ils n’ont d’autres services publics que les routes sur lesquelles ils marchent. Leur situation est vraiment mauvaise.

Mais ce genre d’inégalité n’existe pas seulement au Tiers Monde; ici, au Canada, les deux hommes les plus riches détiennent plus de richesses que les 30 % les plus pauvres. Cela signifie que le magnat de l’alimentation en supermarché, Galen Weston Sr., et le grand baron de la presse, David Thomson, possèdent aujourd’hui plus d’argent que 11 millions de Canadiens.

L’Ontario est loin d’être pauvre! La taille de notre économie par personne a atteint des niveaux record. Mais il n’en paraît rien. À l’heure actuelle, 380 000 Ontariens utilisent une banque alimentaire chaque mois. Plus de 170 000 Ontariens attendent d'obtenir un logement abordable. Et on s’attend à ce qu’une personne célibataire qui reçoit de l’aide sociale puisse joindre les deux bouts avec 706 $ par mois.

Entre temps, la fonction publique, le Grand égaliseur, s’écroule sous les réductions du gouvernement libéral de Queen’s Park.

Il y a une autre façon de faire les choses.

Comme le rapport d’OXFAM le souligne, l’imposition équitable des plus riches est absolument essentielle si nous voulons être capables de payer les soins de santé, l’éducation et les autres services publics dont nous avons tous besoin. En Ontario, sous le régime libéral, avec la privatisation de nos services publics, nous n’avons fait que jeter l’argent sur la pelouse des plus riches. Le temps est venu de le jeter ailleurs.

Nous avons les moyens de fournir les services publics. Nous avons les moyens de fournir de bons emplois. Mais nous n’avons plus les moyens de faire d’autres coupures.

Solidairement,

Eduardo (Eddy) Almeida
Premier vice-président/trésorier
Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario