Un syndicat, une seule voix

Facebook
Twitter
Email

Chers amis,

Différents syndicats fonctionnent de différentes façons.

Certains syndicats sont des fédérations peu contraignantes. Leurs sections locales et leurs unités de négociation battent le même pavillon et échangent des paroles de soutien. Mais lorsqu’il s’agit de soutien financier, les cotisations de leurs membres vont en majorité aux sections locales et y restent en général.

Le SEFPO ne fonctionne pas ainsi. Nos sections locales ont l’argent dont elles ont besoin pour diriger leurs opérations – et elles le font bien – mais la plus grande partie de notre argent est détenu centralement. Cela signifie que nous pouvons déplacer l’argent des cotisations on en a besoin et quand on en a besoin.

Nous l’avons vu dans le cadre de cette dernière ronde de négociations pour nos membres du personnel scolaire. Lorsqu’ils ont eu leur vote de grève en septembre dernier, notre fonds de grève contenait 72 millions de dollars. Quand ils ont vu que les collèges ne bougeraient pas, ils savaient qu’ils devraient faire grève et ils n’ont pas hésité.

Les membres du personnel scolaire savaient qu’ils pourraient compter sur notre fonds de grève. Tout au long de cinq longues semaines de piquet, le fonds de grève a couvert leurs prestations et leurs indemnités de grève. Le fonds de grève a couvert les dépenses des quartiers généraux de grève, les toilettes portables, les vestes de sécurité, les téléphones, les annonces publicitaires, etc.

Le fonds de grève nous a permis de mener une grève puissante. Dans plus de 100 campus des 24 collèges ontariens, le personnel scolaire a montré son engagement profond à l’égard de bons emplois et de l’équité, ainsi qu’à l’égard d’une éducation de qualité pour leurs étudiants. Cette lutte les a placés dans une position très solide à l’approche de la médiation et d’un arbitrage éventuel.

Lorsque plus de 12 000 membres du personnel scolaire ont débrayé, ils n’étaient pas seuls : tous les membres du SEFPO se tenaient derrière eux.

C’est ce qui arrive quand nos unités de négociation passent à l’action. Nous sommes tous là à nous serrer les coudes. Nous sommes un syndicat, nous sommes unis et notre union fait notre force.

Solidairement,

Eduardo (Eddy) Almeida
Premier vice-président/trésorier, Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario

@OPSEUEddy
https://www.facebook.com/OPSEUEddy/

Messages récents