Les régimes de retraite sont une bonne chose, pour nous et pour l'économie

Facebook
Twitter
Email

Bonjour les amis!

Régimes de retraite.

À en entendre certains grands médias, on croirait entendre un « gros mot ».

Ils ne cessent de dire que les « fonctionnaires » et les « travailleurs du gouvernement » saignent l'économie avec leurs pensions « plaquées or », laissant les pauvres contribuables en arracher pour payer la note.

Ils disent que les « gros patrons syndicaux » ont réussi d'une façon ou d'une autre à berner les employeurs crédules pour qu'ils fournissent des « pensions à vie » aux travailleurs syndiqués pendant que la plupart des Ontariens doivent faire leurs propres économies de retraite et que bon nombre d'entre eux se débattent pour joindre les deux bouts avec les maigres prestations du Régime de pensions du Canada.

Mais pour qui donc se prennent ces quelques privilégiés qui se permettent d'avoir un régime de retraite?

Ma question est la suivante : Mais pour qui donc se prend l'élite des sociétés qui se permet d'attaquer ceux et celles qui ont dû se battre avec acharnement pour obtenir ces droits?

Et les autres questions, plus importantes encore : Y a-t-il quelque chose de plus important de nos jours que de voir nos aînés vivre au-dessus du seuil de la pauvreté? Ne devrions-nous pas tous nous battre pour faire en sorte que chaque travailleur dans cette province, à partir d'un certain âge, puisse prendre sa retraite en toute dignité? 

Ça c'est sûr!

Mais non. Si la droite pouvait en faire à sa tête, personne n'aurait droit à un régime de retraite parrainé par l'employeur. Et pour en arriver à cette fin, ils dressent les personnes qui n'ont pas de régime contre celles qui en ont un. C'est triste, c'est mesquin et c'est destructeur. Et pourtant, les gens avalent leurs salades.

Mais de quel avantage parle-t-on vraiment ici, que tant de gens semblent vouloir convoiter? En fait, il est utile de connaître les chiffres.

Si vous travaillez dans le secteur des soins de santé, la pension moyenne est de 23,500 $. Si vous travaillez dans les collèges de l'Ontario, elle est de 26 226 $. Et si vous travaillez à la Fonction publique de l'Ontario (et ce sont les travailleurs auxquels on attribue le plus souvent les fameuses pensions « plaquées or »), la pension moyenne est de 20 351 $.

Oui, vous avez bien lu…  tout juste un peu plus de 20 000 $. Certainement pas de l'or. Et même pas du plaqué or. En fait, c'est à peine assez pour vivre.

Mais quand même, c'est quelque chose. C'est une chose pour laquelle ces travailleurs se sont battus il y a des années; un avantage négocié collectivement, souvent aux dépens de gains réalisés ailleurs dans une ronde précédente. Il suffit de voir l'argent que les employeurs cotisent aux régimes de retraite comme des « salaires différés » pour les travailleurs.

Les régimes de retraite ne sont pas un cadeau aux travailleurs. Ils investissent eux-mêmes dans leur pension un certain pourcentage de leur salaire, retenu sur chaque chèque de paie durant toute leur vie active.

Les médias évitent aussi de mentionner que ces régimes de retraite sont prospères. Aucun d'entre eux n'est en situation de déficit. Ils n'ont aucun passif non capitalisé. Et ils versent un revenu annuel (pas une fortune) aux retraités. Comparez cela à l'instabilité relative du Régime de pensions du Canada.

Et vraiment… n'est-ce pas un avantage auquel nous devrions tous et toutes aspirer? Au lieu de critiquer et d'envier ceux qui ont un régime de retraite, ne devrions-nous pas plutôt nous battre pour que chaque travailleur et chaque travailleuse en Ontario en ait un?

Deux choses excellentes se produisent lorsqu'un travailleur prend sa retraite avec une pension décente. Il laisse un poste avec un avenir décent à un travailleur plus jeune. Et il continue de contribuer à l'économie locale, de payer des impôts, de vivre de façon autonome et de soutenir sa communauté.

Sous tous les angles, un régime de retraite est une bonne chose. Deux tiers des travailleurs en Ontario n'ont pas de régime de retraite parrainé par l'employeur.

Il est temps que cela change.

Solidairement,

Eduardo (Eddy) Almeida
Premier vice-président/trésorier

Tous les messages du vice-président/trésorier de 2011 à aujourd'hui

Messages récents