Skip to content

Merci Bonnie Lysyk

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Chers amis,

Bonnie mérite une médaille!

La vérificatrice générale de l’Ontario est responsable de montrer aux Ontariens comment le gouvernement dépense notre argent. Et ces trois dernières années, c’est exactement ce qu’elle a fait. Dans ses rapports, elle trace un tableau de la façon dont les libéraux de Queen’s Park exploite la province. Et ce n'est pas beau à voir.

Cela fait des années que le SEFPO dit que la privatisation n’est guère plus qu'un transfert des fonds publics dans les poches du privé. Il y a deux ans, Madame Lysyk nous en donnait la preuve. C'est elle qui nous a dit que la province avait dépensé 8 milliards de dollars de trop en laissant des avocats d’entreprise, des banquiers de la rue Bay et des patrons de la construction gérer 74 gros projets d’infrastructure.

Ce rapport a fait l'effet d’une bombe. Mais elle ne s'est pas arrêtée là.

Cette année, la vérificatrice générale a de nouveau parlé. « Ce qui me marque le plus cette année », a-t-elle dit, « c’est l’influence notable des fournisseurs de services non-gouvernementaux sur la surveillance du secteur public et du secteur parapublic et, dans certains cas, sur la prise de décisions » (traduction libre).

Dans son dernier rapport, Madame Lysyk s’est principalement concentrée sur les constructeurs routiers. Il s’avère que ces entrepreneurs ne font pas que travailler avec le ministère des Transports, ils le dirigent! Ils sont allés jusqu’à modifier les règlements à leur avantage – pour s’enrichir plus rapidement.

Bien entendu, c'est exactement le genre de choses que les libéraux préfèrent cacher au public. Un récent sondage d’opinion révélait que 70 pour cent des Ontariens sont satisfaits que le secteur privé gère les gros projets de construction publics. Mais quand ils découvrent ce que Bonnie Lysyk dit à propos de ces projets, ce chiffre tombe à 25 pour cent, instantanément.

La leçon à tirer? La survie de ce gouvernement dépend d’Ontariens qui sont laissés dans l’ignorance.

Bonnie Lysyk braque les projecteurs sur les libéraux. Évidemment, nous ne sommes pas surpris qu’ils s’en prennent à elle. À un moment donné, le ministre de l'Énergie, Bob Chiarelli, a suggéré que Madame Lysyk ne comprenait pas la « complexité extrême » du système d'électricité. Cet automne, lorsque Madame Lysyk a révélé que le déficit provincial était en fait plus important que ce que les libéraux prétendaient, la présidente du Conseil du Trésor, Liz Sandals, a déclaré que le problème était (asseyez-vous!) d’une « complexité extrême ».

Pour les libéraux, le vrai problème c’est que Bonnie Lysyk clarifie ces complexités. Son rôle consiste à vérifier que nous en avons pour notre argent, et c’est ce qu’elle fait année après année.

C'est pourquoi je pense qu’elle mérite une médaille. On devrait toujours reconnaître une personne pour ses services publics excellents.

Solidairement,

Eduardo (Eddy) Almeida
Premier vice-président/trésorier
Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario

Afficher tous les messages du vice-président :de 2011 à aujourd’hui