Skip to content

C'est comme ça que ça se fait, mes amis

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Chers amis,

Le travail syndical est à tout le moins difficile. Il y a tant de choses auxquelles il faut penser.

Nous devons négocier et assurer l’exécution des contrats. Nous devons organiser de nouveaux membres. Et au SEFPO, en tant que syndicalistes du secteur public, nous livrons de dures luttes sur des douzaines de questions d'intérêt public.

Il n’est pas facile de jongler trois responsabilités comme la négociation, l’organisation et les campagnes, mais quand un syndicat y arrive, c’est incroyable à regarder.

Et c'est ce qui m’est venu en tête lorsque j’ai entendu dire que le gouvernement de l’Ontario vendrait le cannabis dans des magasins indépendants sous la supervision de la LCBO. Ce n’est pas arrivé par hasard. Non. Si c’est arrivé, c’est grâce aux efforts de notre président, Smokey Thomas.

L’an dernier, alors que le débat sur le cannabis venait juste de commencer, Smokey n’a pas perdu une minute. Lorsqu’un journaliste lui a demandé comment il pensait que le cannabis devrait être vendu, il n’a pas hésité. Il a dit qu’il devrait être vendu par la LCBO.

Mais il ne l’a pas simplement dit une fois. Il a fait campagne à ce propos. Il a parlé aux journalistes. Il a parlé aux politiciens. Il a parlé dans le cadre de conférences d’affaires. Il a commandé un sondage pour montrer que le public appuyait la vente au détail du cannabis à la LCBO. Et il n’a pas lâché prise. Pas même lorsque les trafiquants de drogue avec devanture et certaines grandes entreprises se sont opposés à lui.

Tandis que nos membres de la Division des employés de la Régie des alcools négociaient, Smokey travaillait avec l’équipe de négociation du SEFPO pour encourager la LCBO à accepter que si on la chargeait de vendre le cannabis, les travailleurs de première ligne qui le vendraient seraient des membres du SEFPO.

Et c'est exactement ce qui se passera.

Notre campagne a mis le cannabis à la LCBO. Les négociateurs ont travaillé avec les organisateurs et ont fait des (futurs) travailleurs du cannabis des membres du SEFPO.

Le résultat final? Une façon meilleure, plus sécuritaire de vendre le cannabis au détail; des revenus supplémentaires pour le gouvernement pour traiter les problèmes d’abus de substances et pour le respect des lois; et de bons emplois syndiqués dans une nouvelle industrie.

Et une autre chose encore, plus de membres pour le SEFPO, donc plus de ressources pour continuer de faire l’excellent travail que nous faisons.

Lorsque nous négocions, organisons et faisons campagne ensemble, nous gagnons, et lorsque nous gagnons, nous devenons plus fort. C’est ce qui est arrivé avec le cannabis à la LCBO.

C'est comme ça que ça se fait, mes amis.

Solidairement,

Eduardo (Eddy) Almeida
Premier vice-président/trésorier, Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario

Afficher tous les messages du vice-président : de 2011 à aujourd’hui