Skip to content

Il est temps de « rééquilibrer » les richesses

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Chers amis,

Les médias ont récemment annoncé que la compagnie d'exploitation de sable pétrolifère la plus importante au Canada rapportait des profits supérieurs à un milliard de dollars pour les trois premiers mois de l'année (2011).

Je crois qu'on peut tous dire, sans se tromper, que cette entreprise est financièrement très à l'aise. À ce rythme, la Suncor Energy peut facilement s'aligner sur les banques canadiennes! Les banques ont traversé la récession haut la main et recommencent à enregistrer des profits annuels de 20 milliards de dollars. Comme Suncor, ces entreprises déjà riches s'enrichissent encore davantage avec les réductions d'impôts du gouvernement Harper. Pour comble, ces entreprises reçoivent le cadeau de Dalton McGuinty d'une autre réduction d'impôt sur leurs opérations en Ontario.

Les Canadiens paient à double pour permettre aux banques de rouler sur l'or. D'abord, nous payons des taux d'intérêt et des frais bancaires qui leur remplissent les poches, puis nous stimulons leurs bénéfices en leur accordant des réductions d'impôt. Nos gouvernements ont permis aux banques de se délester de leur obligation de contribuer au financement de services publics qui font du Canada un endroit où il fait bon vivre.

Il n'est pas étonnant qu'on puisse estimer que le Canada comptera 2,4 millions de  millionnaires d'ici à 2020 (1,7 million aujourd'hui). La société d'experts-conseils Deloitte qui le mentionne déclare que « le rééquilibrage des richesses mondiales devrait s'accélérer dans les dix prochaines années » (traduction libre).

Nous savons tous ce que signifie le terme « rééquilibrage » : les plus riches s'enrichissent. Les moins riches s'appauvrissent.

Dans les dernières élections fédérales, Jack Layton et son NPD ont exprimé quelques bonnes idées pour aider les travailleurs comme vous et moi. Par exemple, le NPD a proposé de limiter les taux d'intérêt des cartes de crédit à cinq pour cent au-dessus du taux préférentiel. Avec une dette des ménages plus élevée que jamais, plutôt que de remplir les poches déjà pleines des banquiers, la proposition du NPD permettrait aux travailleurs d'avoir un peu plus d'argent dans leurs poches.

C'est le genre de « rééquilibrage » des richesses dont notre pays a besoin.

Solidairement,

Eduardo (Eddy) Almeida
1er vice-président/trésorier, SEFPO

Tous les messages du vice-président/trésorier de 2011 à aujourd'hui