Skip to content

Gagner notre confiance? Transparence oblige!

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

En ma qualité de trésorier du SEFPO, une des tâches les plus importantes que j’effectue est d’assurer que nos budgets soient équilibrés et que nos chiffres soient exacts. J’ai les yeux dans les livres du syndicat toute l’année pour faire en sorte que nous ne dépensions pas trop et que nous dépensions intelligemment.

Et vous n’avez pas à me croire sur parole.  En tant que syndicat démocratique et transparent, nous soumettons nos livres chaque année à une vérification indépendante.

C’est la chose à faire parce que ça nous rend crédibles et responsables. C’est une question de confiance. Le fait que nous soumettions nos livres à une vérification indépendante permet à nos membres de nous faire confiance avec les dollars durement gagnés qu’ils versent en cotisations. Ils savent que nous en ferons bon usage.

Avec la campagne électorale qui bat son plein, le concept de confiance est actuellement gravé dans l’esprit des gens. En quel parti pouvons-nous avoir confiance en ce qui concerne l’argent que nous versons en impôts.

Examinons les livres. Ou, comme on dit pendant une élection, les plateformes.

Le NPD était le premier parti à soumettre sa plateforme. Elle contient 98 pages et des douzaines de promesses, à côté desquelles figurent des coûts estimatifs. À la fin du document, on trouve un « plan financier » de 10 pages qui contient quatre pages de chiffres, représentant les prévisions budgétaires du parti, qui nous disent comment le parti couvrira toutes ces promesses.

C’est en examinant ces perspectives financières qu’un reporter a découvert que le NPD avait fait une erreur de calcul. Les erreurs sont toujours difficiles à digérer, mais celle-ci nous a rappelé combien il est important de soumettre nos livres à une vérification et à l’examen du public. S’ils contiennent des erreurs, elles seront révélées. Et en bout de ligne, l’important est de savoir que toutes les cartes sont sur la table.

À l’instar du NPD, les libéraux ont publié une plateforme révélant la façon dont ils couvriront leurs promesses. Le « plan financier » des libéraux contient trois pages. Et pour plus de détails, on peut se reporter au document de 333 pages du budget du printemps, dont les chiffres sont contrôlés et confirmés.

Et il nous reste le Parti progressiste-conservateur. Pouvons-nous faire confiance à leurs chiffres?

La réponse simple est non. La réponse plus élaborée est la suivante, pouvons-nous faire confiance à un parti qui ne révèle pas exactement comment il couvrira ses  promesses?

À l’heure où j’écris ce blogue, la plateforme est une simple page Web avec de grandes images et quelques points vignettes, dont certains contiennent des estimations de coûts.

Il est possible que les conservateurs publient des chiffres plus détaillés avant que les gens aillent aux urnes, le 7 juin. Mais si vous voulez mon avis, c’est déjà trop tard. Les contrôles et vérifications prennent du temps. Il faut du temps pour gagner la confiance des gens.

Pour Doug Ford et les conservateurs, il est trop tard pour gagner notre confiance.

En solidarité,
Eduardo (Eddy) Almeida
Premier vice-président/trésorier
Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario
@OPSEUEddy

Afficher tous les messages du vice-président : de 2011 à aujourd’hui