Skip to content

Votons pour le genre d'Ontario où nous voulons vivre

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Bonjour mes amis!

Les récentes funérailles nationales de Jack Layton furent un puissant signal de ralliement en faveur d'un espoir et d'un optimisme renouvelés. Ce message d’espoir et d’optimisme arrive juste avant la campagne électorale des prochaines élections générales de l'Ontario. C'est aussi un appel important à la solidarité tandis que nous nous apprêtons à célébrer la fête du Travail.

Les activités de la fête du Travail auxquelles nous participerons cette fin de semaine nous rappelleront sans doute que nous faisons partie d'une communauté de travailleurs beaucoup plus vaste, qui s'étend au-delà de la province et qui va jusqu’au bout du monde.

À l'occasion de cette fête gagnée par les syndicats, nous nous rappelons aussi de l’histoire qui fait notre fierté. La fête du Travail est l'occasion de célébrer les nombreuses réussites du mouvement ouvrier : l'égalisation de l'équilibre des pouvoirs dans les milieux de travail, l'amélioration des horaires de travail, les congés garantis, l'équité, l'établissement des normes sur la santé et la sécurité au travail, une place pour les travailleurs à la table pour négocier les termes et conditions de leur emploi. Ce sont des accomplissements qui doivent être célébrés plus souvent, afin qu'on puisse y donner suite.

On pense souvent que les réalisations syndicales faites au nom des travailleurs sont gagnées pour toujours. Mais il ne faut jamais s'étonner lorsque ces succès remportés de haute lutte sont soudain anéantis par un gouvernement qui décide de les légiférer. Certains voudraient nous faire croire que nous n'avons pas besoin de syndicats — que les employeurs ont à cœur les meilleurs intérêts des travailleurs et de leurs familles.

Les faits nous montrent une réalité bien différente. Ici en Ontario, les bons emplois, soit les emplois à temps plein sécuritaires et avec des avantages sociaux, sont compromis. Et cela pour apaiser les grandes sociétés qui ne cherchent qu'à accroître leurs profits plutôt qu'à nous voir prospérer, et dont l'ordre du jour affecte chaque communauté à travers la province.

Tandis que nous affirmons notre solidarité avec les travailleurs de soutien des collèges de l'Ontario qui ont été forcés à faire le piquet, nous défendons les bons emplois. Ces 8 000 travailleurs et travailleuses font ce qu'il faut et luttent pour la préservation d'emplois décents, pas seulement pour eux-mêmes, mais aussi pour les étudiants d'aujourd'hui, qui sont les jeunes travailleurs de demain.

Tandis que nous nous rapprochons de la date des élections ontariennes, laissons-nous tous inspirer par le mouvement ouvrier, par ses succès et ses valeurs, et accordons notre appui aux candidats qui soutiennent notre vision d'un Ontario meilleur pour tout le monde.

Nous voulons un Ontario qui investit dans des services publics de qualité, dont nous pouvons dépendre. Nous voulons de bons emplois à temps plein permanents, qui permettent à nos familles d'avoir confiance en un avenir stable. Nous voulons supprimer les réductions d'impôts des sociétés sans conditions, qui soutirent de notre budget provincial des fonds grandement nécessaires, aux dépens de la santé sociale et économique de nos communautés.

Au cours des cinq prochaines semaines, les membres du SEFPO se mobilisent à travers la province pour faire une différence dans leur propre avenir.

Nous ferons pression auprès des politiciens et irons frapper à la porte des électeurs. Nous signerons des pétitions, écrirons des lettres aux journaux et participerons aux réunions des candidats locaux. La force de nos 135 000 membres activistes peut se faire sentir dans chaque communauté de la province si nous le voulons.

En donnant de notre temps pour aider les candidats favorables au mouvement ouvrier à se faire élire, nous contribuons tous et toutes à faire une différence. Nous pouvons être un moteur de changement positif en Ontario en investissant dans le genre d'Ontario que nous voulons pour le présent et pour l'avenir,

Le 6 octobre, votons pour le genre d'Ontario où nous voulons vivre.

En toute solidarité,

Eduardo (Eddy) Almeida
Premier vice-président et trésorier du SEFPO

Tous les messages du vice-président/trésorier de 2011 à aujourd'hui