Skip to content

Pris pour cible!

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le Toronto Star a communiqué la stratégie de Tim Hudak et de ses acolytes progressistes-conservateurs pour les prochaines élections. Il n'est pas surprenant que les travailleurs syndiqués et leurs syndicats leur servent de cible. Tim Hudak montre ses dents avec ses « anti-tout-ce-que-vous-voulez ». Anti-travaillistes, anti-travailleurs et anti-salaires de subsistance, entre autres. 

Avec tout le respect que je dois au Dr Seuss et à sa ville de Whoville, qui met en vedette le Grincheux, j'aimerais comparer cette communauté fictive à ce à quoi ressemblera l'Ontario sous le joug de Tim Hudak le Grincheux. Alors bienvenue à « Huville »! 

Mais avant de commencer, posons-nous la question suivante : Qui a créé Huville? Huville est issue des efforts d'urbanistes de droite de la trempe de Mike Harris et cie. Ces mêmes guignols nous ont aussi apporté des défis comme Walkerton, la vente de la 407, la panne d'électricité de 2003 et la mégapole appelée Toronto.

Cette mégapole a ensuite accouché de deux « méga-maires ». Mel Lastman et Rob Ford. Tous deux ont émergé de conflits opposant les banlieues au centre-ville. On décrivait le centre-ville comme un endroit réservé à une élite privilégiée et les banlieues comme le repaire des roturiers. Huville devait devenir un endroit de division et d'agitation constantes.

Le résultat de cette union maladroite est flagrant! Huville (Toronto), la quatrième plus grande ville d'Amérique du Nord, fait concurrence à la Dynastie des Duck, une émission de téléréalité favorite aux États-Unis.

Les règlements sont bizarres à Huville. Les gagnants sont nombreux, les perdants tout autant. À Huville, ce sont toujours les riches et les grandes sociétés qui gagnent et les travailleurs et les pauvres qui perdent. À Huville, les travailleurs du secteur public, pour la majorité des femmes, sont considérés comme des gens qui pensent avoir tous les droits, qui sont surpayés et qui possèdent des pensions plaquées or. Et c'est sans compter tous ces congés de maladie dont ils se prévalent! Être payé quand on est malade est un concept inconcevable à Huville.

Les citoyens de Huville n'arrivent pas à comprendre pourquoi quand on travaille avec des centaines de personnes dans des écoles, des hôpitaux et des prisons, on risque davantage d'attraper toutes sortes de microbes et maladies. Les Huviliens ne comprennent pas non plus pourquoi les travailleurs qui ont choisi d'accepter des congés de maladie payés plutôt qu'une augmentation salariale il y a plusieurs années devraient garder leurs congés payés aujourd'hui…

Et s'en départir pour un autre avantage est inadmissible à Huville. Les travailleurs travaillent d'arrache-pied et en toute honnêteté pour un salaire quotidien de moins en moins honnête.  

À Huville, la loi et l'ordre sont en tête des questions inscrites à l'ordre du jour, sauf lorsque des membres du PC admettent consommer des drogues et conduire en état d'ébriété, tout en proférant des menaces, portant de fausses accusations et refusant de collaborer avec la police. À Huville, le titre du premier magistrat a passé de « Monsieur le maire » à « Monsieur le malotru ».

À Huville, Rob Ford fait office à la fois de maire et de ministre des Services correctionnels. Il sait qu'une personnalité criminelle n’a qu’à demander pardon une fois pour être lavée de tous ses péchés. 

À Huville, on résout tous les problèmes économiques en réduisant les impôts des grandes sociétés et en réduisant les salaires des travailleurs. C'est pourquoi à Huville, très peu de gens ont les moyens d'acheter les marchandises que produisent les entreprises. Qui donc a besoin d'un revenu discrétionnaire? À quoi ça sert après tout? À Huville, on oublie ça. Trop de gens le gaspillerait. La théorie des miettes est l'approche adoptée par le gouvernement.

Les dirigeants d'Huville veulent prouver que la destruction des syndicats créera des richesses pour tous. Ils veulent faire d'Huville un autre Leamington. C'est à Leamington que Warren Buffet, l'homme le plus riche au monde, s'est emparé de notre usine de ketchup, se débarrassant dans un même coup de 740 emplois. Étonnant de voir que cette perte s'accompagne de la création de 249 nouveaux emplois dans l'industrie du ketchup de l'Ohio, avec un investissement de 29 millions de dollars. C'est dommage que les travailleurs de Leamington (et leurs familles) ne puissent traverser le Lac Érié à la nage pour aller travailler dans l'Ohio.

Huville, c'est ce à quoi nos vies ressembleront si les gens prennent une mauvaise décision dans le cadre des prochaines élections en Ontario. Une simple erreur qui pourrait plonger de nombreuses personnes dans la misère.

Dans le film How the Grinch Stole Christmas, le Grincheux se repent et réalise qu'une communauté prospère reconnaît la valeur du bon voisinage et l'esprit de générosité.

Pour Tim Hudak et les conservateurs de son espèce, il est peu probable qu’une telle volte-face se produise. Au lieu de ça, notre conservateur grincheux préférera faire broyer du noir aux résidents de Huville.

Solidairement,

Eddy (Eduardo) Almeida
Premier vice-président/trésorier

Tous les messages du vice-président/trésorier de 2011 à aujourd'hui