Skip to content

Ce que le leadership est et n'est pas

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Après une autre collecte de fonds du Parti libéral, Kathleen Wynne, première ministre de l'Ontario, ne renvoie pas vraiment l'image de conciliatrice qu'elle veut se donner auprès du public. La rudesse de son caractère est en train de remonter à la surface. Et ce n'est pas étonnant.

Selon la théorie populaire dans l'arène politique, une bonne offense est la meilleure défense. Compte tenu de ce conseil, la roue se met à tourner. Wynne dépeint les conservateurs d'Hudak comme une réincarnation de Mike Harris et compagnie, avec leur politique du coupe-coupe à qui mieux-mieux. Sur ce point, elle a raison.

Ensuite, même sans mentionner Andrea Horwath personnellement, les libéraux disent que le NPD est « trop risqué » pour l'Ontario. Même si les usines à gaz, cybersanté et Ornge étaient des scandales déclenchés par les libéraux, Wynne a l'audace d'affirmer qu'il serait dangereux de donner le pouvoir au NPD.

Pour faire bonne mesure, les libéraux communiquent les résultats d'un sondage du parti qui indique des percées potentielles dans les circonscriptions néo-démocrates. Le Toronto Star publie ensuite les résultats comme une véritable mesure de l'opinion publique. C'est absurde, tout comme le nouveau slogan libéral d'ailleurs : « C'est ça le leadership! ».

Compte tenu de leur bilan, nous devrions peut-être nous pencher sur cet énoncé aberrant et définir ce que le leadership n'est pas.

  • Ce n'est certainement pas imposer des réductions unilatérales au niveau de l'assurance-maladie des retraités, qui ont servi le public pendant toute une vie.
  • Ce n'est pas non plus faire des travailleurs de première ligne du secteur public des boucs-émissaires à des fins politiques.

À la veille d'une élection potentielle, le SEFPO se prépare à négocier plus de 300 conventions collectives. Et c'est ici que nous devrons faire face aux défis à relever. C'est une bonne chose que, en tant qu'organisation, nous nous préparions à cette élection depuis l'année dernière déjà. N'oubliez pas que notre objectif consiste toujours à négocier un règlement, pas une grève; mais malgré ça, il serait injuste de ne pas vous avertir que le contexte politique peut contribuer à des moments difficiles à la table de négociation.

C'est pourquoi je veux vous parler de certaines mesures individuelles que vous pouvez prendre dans les mois qui viennent. Pour vous souvenir plus facilement de ces quelques mesures, utilisez la mnémonique suivante : O – P – S – E – U.

  • Organisez vos finances personnelles.
  • Priorisez vos paiements par ordre d'importance.
  • Simplifiez-vous la vie en présentant un plan de circonstance à votre institution financière, en cas d'arrêt de travail.
  • Eduquez vos amis, votre famille et vos voisins relativement aux vrais enjeux discutés à la table de négociation. Dites aux commerçants locaux que vous ne serez pas en mesure de dépenser de l'argent avant qu'une convention collective équitable soit en place.
  • Unissez-vous à votre famille et à vos amis, et faites preuve de solidarité afin d'habiliter vos équipes de négociation et faire valoir vos offres.

Une stratégie coordonnée, individuellement et collectivement, est la clé du succès. Nous devons être prêts avant les élections, pendant les campagnes électorales et après les élections. En tant que membres, personnel et dirigeants élus, nous atteindrons nos objectifs cruciaux en agissant ensemble, à l'unisson. Nous avons payé notre juste part dans le passé, pendant la crise économique. Il est temps maintenant de changer de vitesse et de nous battre pour ce qui est juste et équitable.

C'est ça le leadership! Écouter; coordonner et fournir les ressources nécessaires pour bien faire le travail.

Les prochains mois seront mouvementés, avec des négociations, notre Congrès, l'analyse du budget de l'Ontario et l'éventualité d'une élection provinciale. Rassurez-vous, nous sommes prêts. Un leader agit en se préparant pour faire face aux temps difficiles.

Notre devoir à toutes et à tous aujourd'hui est de faire preuve de solidarité et de former un front uni. C'est comme ça que le SEFPO fait face à ses défis.

Et dans un monde en constante évolution, c'est la meilleure façon d'avancer. Aller de l'avant, c'est ce que nous voulons. Il est temps.

En toute solidarité,

Eduardo (Eddy) Almeida
Premier vice-président/trésorier

Tous les messages du vice-président/trésorier de 2011 à aujourd'hui