Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Patrick Brown, chef du Parti conservateur, admet l’erreur des privatisations, mais ne s’engage pas à ne pas répéter de telles erreurs

Former Conservative leader Patrick Brown speak to OPSEU First Vice-President/Treasurer Eduardo (Eddy) Almeida during a We Own It rally in Penetanguishene
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Penetanguishene – Le politicien qui mène en ce moment dans les sondages pour devenir le prochain premier ministre de l’Ontario a admis aujourd’hui même que son parti avait fait des erreurs en privatisant certains biens et services dans le passé. Toutefois, le chef du Parti conservateur, Patrick Brown, n'est pas allé jusqu’à s’engager à l’égard d’un processus ouvert et transparent qui permettrait de prévenir les erreurs de privatisation dans l'avenir.

« Nous devons tirer les leçons des erreurs du passé », a déclaré Monsieur Brown, se reportant à la privatisation d’Hydro One, par le gouvernement libéral, ainsi qu’à la privatisation coûteuse et extrêmement peu populaire de l’autoroute 407 faite par le gouvernement conservateur précédent. « [La privatisation de] la 407 n’a pas fonctionné comme on l’aurait voulu. »

Monsieur Brown s’est adressé au public dans le cadre d’un barbecue organisé par la campagne Ça nous appartient, appuyée par le SEFPO, devant le Centre correctionnel centre-nord de Penetanguishene.

« Certaines choses ne sont simplement pas à vendre », a dit le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, à Patrick Brown. « Nos hôpitaux. Nos écoles. Nos autoroutes. Notre eau. Notre air. Notre santé et notre sécurité. »

« Et je vous demande aujourd’hui de signer notre formule d’engagement à l’égard des services publics à faire en sorte que des erreurs comme celles que vous venez de mentionner ne se reproduisent pas. »

Cet engagement est à trois volets :

  • exiger un moratoire sur la privatisation de tout service et bien public en Ontario sans examen préalable rigoureux et crédible de la proposition de privatisation pour évaluer les coûts et les impacts sur le service dans le long terme;
  • veiller à ce que tous les examens des propositions de privatisation soient rendus entièrement publics et soient transparents, y compris tous les détails financiers et opérationnels des propositions;
  • passer en revue tous les services et biens actuellement privatisés en Ontario pour établir si leur retour à l’interne permettrait de réduire les coûts et/ou d’améliorer leur qualité et leur sécurité.

Monsieur Brown a pris une copie de l’engagement mais a refusé de le signer, disant qu’il l’examinerait de plus près avec son caucus.

Pour plus d’information : Eduardo (Eddy) Almeida, 289-439-2135