Société Canadienne du Sang

Les travailleurs de LifeLabs en grève retournent à la table

Toronto – Les quelque 160 coursiers et commis de salle de courrier syndiqués de LifeLabs retourneront à la table de négociation jeudi prochain. Ces travailleurs sont représentés par l’OPSEU/SEFPO et sont en grève depuis le 14 mars.

« Je suis heureux d’apprendre que LifeLabs est prêt à retourner à la table », a déclaré Mahmood Alawneh, président de la section locale 5119 de l’OPSEU/SEFPO. « À mon avis, ils ont enfin compris la gravité de la situation et l’importance d’obtenir des salaires décents, et ils savent qu’ils doivent négocier de bonne foi. »

Les coursiers de la compagnie LifeLabs recueillent les échantillons dans les différents bureaux pour les apporter au laboratoire pour analyse. Les coursiers de trois emplacements LifeLabs dans la RGT ont voté en faveur d’une adhésion à l’OPSEU/SEFPO en 2020. Les deux parties n’avaient pas réussi à conclure une première convention collective, et c’est ce qui les a conduit à la grève.

« Ces travailleurs acharnés gagnent en moyenne 35 000 $ par année dans la ville la plus chère du Canada », a déclaré Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO. « Un bon nombre d’entre eux doivent avoir deux ou trois emplois pour joindre les deux bouts. Ce n’est pas une vie, et ce n’est pas juste pour leurs enfants. »

« J’espère que LifeLabs déposera une offre qui a du sens et qui reconnaît le coût de la vie à Toronto, de façon que nous puissions mettre fin à cette grève. »

L’OPSEU/SEFPO a déjà prévu un rassemblement pour jeudi matin devant le siège social de LifeLabs, à Toronto, pour appuyer les travailleurs.

Warren (Smokey) Thomas, président de l’OPSEU/SEFPO, fait preuve d’un optimisme prudent, ne sachant pas si LifeLabs est prêt à répondre aux besoins de ses travailleurs dans cette première convention collective.

« Nos membres ont prouvé qu’ils sont prêts à tout pour obtenir une rémunération décente, qui leur permet de faire leur épicerie et de payer le loyer, ainsi que d’offrir à leurs familles une certaine qualité de vie », a-t-il déclaré. « Lifelabs doit retourner  la table et faire preuve d’ouverture d’esprit, de façon que nous puissions conclure un premier contrat équitable. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931; OPSEUCommunications@opseu.org